• Boss

     

    Alors que les élections au poste de gouverneur de l'Illinois approchent à grand pas, Tom Kane qui règne sans partage sur la mairie de Chicago depuis plus de dix ans, apprend qu'il est atteint d'une maladie neuro dégénérative. Son médecin l'informe qu'il lui reste au mieux  deux ans à vivre pendant lesquels sa santé physique et surtout mentale ne va cesser de se détériorer. Bien décidé à aller jusqu'au bout de son mandat, Kane va soudainement et sans raison soutenir un autre candidat. Ce choix brutal et son changement d'attitude lui vaudront un paquet  d'inimitiés, à commencer par le gouverneur candidat à sa propre succession, et entraineront une suite de conflits qui risqueront de lui coûter son mandat.

     

    C'est qui le patron?

     

    Les arcanes du pouvoir ont toujours fasciné mais il faut reconnaître que ces dernières années les séries avec un contexte politique sont devenues légion: il y  a eu Spin City, The Wire avec tout un pan sur la politique de Baltimore, The Good Wife avec ses élections de maire et procureur, A la Maison Blanche avec Martin Sheen, plus récemment Scandal et surtout House of Cards évidemment.

     

    Alors quel intérêt de voir celle-ci?

    Déjà, il y a la musique comme en témoigne ce très beau générique:

     Satan, your kingdom must come down

    Avec une superbe chanson de Robert Plant (fondateur du légendaire groupe Lep Zeppelin pour les gens qui vivent sur Mars) au titre évocateur. D'ailleurs une partie partie des épisodes de la première saison se terminant avec une oeuvre d'Erik Satie, mon compositeur préféré, cette série ne peut que me plaire.

     

    Il faut savoir avant tout que malgré qu'elle soit dans l'air du temps, Boss a plusieurs atouts non négligeables. Elle est produite par Gus Van Sant déjà et ce n'est pas rien. Et puis il suffit de voir le premier épisode pour comprendre le ton de la série. Plus qu'une série politique, il s'agirait presque d'une tragédie montrant la déchéance d'un vieux lion affaibli et attaqué de toutes parts mais qui s'obstine à vouloir rester le roi. Dans le rôle de ce Richard III 2.0 Kelsey Grammer est juste énorme. Charismatique au possible sa prestation justifie à elle seule le titre de la série (il a d'ailleurs gagné un grammy award pour ce rôle). Il a beau avoir vaguement gravi les échelons, Tom Kane est le patron de Chicago et entend bien le faire comprendre à tout le monde quitte à baiser des proches.

    Tom Kane (Kelsey Grammer) et sa femme (Connie Nielsen)

     

    Côté casting les producteurs ont fait les choses: du chauffeur au gouverneur, tous les acteurs sont excellents, mention spéciale à la belle Connie Nielsen, parfaite (comme d'hab) dans le rôle de la femme du maire, et Kathleen Robertson rescapée de Beverly Hills et hyper convaincante en femme à lunettes (ha ha!!) constituant l'avant garde de l'équipe du maire.

     

    Kitty (Kathleen Robertson) et Ben Zajac (Jeff Hephner), un aspirant gouverneur libidineux

     

    Alors est-ce que la série est parfaite pour autant? Pas vraiment en fait. Peut-être pour se démarquer des autres séries politiques à la mode comme House of Cards (encore) les auteurs ont cru bon de rajouter un personnage de fille indigne (une grosse toxico) et d'axer via ses aventures tout une partie de la série autour des ghettos de Chicago. Humm mauvaise idée. Franchement quel est intérêt de nous raconter son histoire d'amour toute pétée avec un dealer tout aussi foireux? Pourquoi essayer de nous refaire ce que The Wire a déjà fait en 10000 fois mieux? Parce que question street crédibilité avec son "Bodie"  au rabais tout droit sorti d'un pub pour Calvin Klein, on repassera...

     

    Bodie (à droite), D'angelo,Pooh et Wallace: dealeurs street crédibles

     

     

    Darius (Rotimi) et sa shlag de meuf: dealeur fragile

     

    Vous voyez la diff ? Putain le mec est dealeur et il tombe amoureux d'une tox!! Ca existe pas ça! Aussi paradoxal que ça puisse paraître, si les dealeurs de rue méprisent un genre de personnes ce sont bien les tox. Pas besoin d'en vendre ou d'en prendre pour le savoir c'est une vérité admise, point. Les toxicos sont les gens les moins fiables du monde et la plupart feraient n'importe quoi pour une dose. Les mecs se sont pas foulés là dessus. D'autant que les 2 se révèlent assez vite insupportables. Par contre ce qui est marrant c'est que même dans la série tout le monde les prend pour des clowns (je vais arrêter de vanner ce mec, je viens d'apprendre qu'il est nigerian donc il remonte dans mon estime ha ha).

    Mais même si la réhabilitation d'une cité de Chicago et l'influence du vote noir qui va avec (encore comme dans The Wire, tiens) prend une part non négligeable des enjeux de la 2ème saison avec l'introduction du rappeur TI comme relai entre le hood et la politique ( un Stringer Bell du pauvre quoi, mouais...), la série souffre trop d'un manque de crédibilité et de la comparaison avec son ainée pour prétendre à être intéressante à ce niveau.

    D'ailleurs quitte à parler ghetto à Chicago, je pige pas comment les auteurs ont pu ne pas évoquer tous les gangs qui pullulent dans la ville et défraient la chronique depuis un petit moment. Si on parle de Chicago sans les Gangsta Disciples, les Black Disciples ou les Latin Kings, c'est comme parler des rues de LA sans parler des Bloods, des Crips ou de la 18. Enfin bref, heureusement que Sanaa Lathan (toujours aussi fraîche) vient à la rescousse dans la saison 2 pour assister le maire dans ce chantier de rénovation casse-tête.

     

     Mona Fredricks (Sanaa lathan), la jolie et naïve chef de cabinet du maire

     

    De la même manière la série tombe parfois dans le faussement glauque avec des meurtres et des règlements de comptes ni très intenses ni très intéressants mais dans l'absolu ce n'est pas très dérangeant. Tous ces défauts sont néanmoins assez mineurs pour ne pas entacher le plaisir que procure cette série. Avec ses intrigues assez tordues sur fond de scandales politico financiers, elle dresse une galeries de portraits assez forts et convaincants: le maire et sa femme bien sûr mais aussi leurs ennemis et alliés tels que le conseiller, le conseiller municipal, le gouverneur et le trésorier Zajac en brillant politicien doublé d'un queutard de première division. Il ne faut pas oublier non le journaliste Sam Miller même si on ne connaîtra finalement jamais les motivations de son acharnement vis à vis de Tom Kane.

     

    Bref, j'en ai assez dit. Dans la jungle des séries celle-ci ne figurera pas dans un top 10 mais reste une série politique passionnante sur les enjeux de la gestion d'une des plus grande villes du pays. Elle s'est malheureusement terminée au bout de 2 saisons mais vaut le coup d'oeil ne serait-ce que pour les perfs d'acteurs et l'ambiance de la série.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :