• Dernier Meurtre Avant la Fin du Monde - The Last Policeman

    C'est assez rare mais pour une fois j'ai lu un bouquin sorti très récemment: 



     

     

    Allez on va prendre le résumé au dos du bouquin:

     

     
    Concord, New Hamsphire. Hank Palace est ce qu'’on appelle un flic obstiné. Confronté à une banale affaire de suicide, il refuse de s’en tenir à l’évidence et, certain qu’il a affaire à un meurtre, poursuit inlassablement son enquête. 
    Hank sait pourtant qu’elle n’a pas grand intérêt puisque, dans six mois il sera mort. Comme tous les habitants de Concord. Et comme tout le monde aux États-Unis et sur Terre. 
    Dans six mois en effet, notre planète aura cessé d’exister, percutée de plein fouet par 2011GV1, un astéroïde de six kilomètres de long qui la réduira en cendres. Aussi chacun, désormais, se prépare-t-il au pire à sa façon.
    Dans cette ambiance pré-apocalyptique, où les marchés financiers se sont écroulés, où la plupart des employés ont abandonné leur travail, où des dizaines de personnes se livrent à tous les excès possibles alors que d’autres mettent fin à leurs jours, Hank, envers et contre tous, s’accroche. Il a un boulot à terminer.

    Et rien, même l’'apocalypse, ne pourra l’empêcher de résoudre son affaire.

     

     

    Bon le résumé est plus long que prévu en fait, du moins il prend plus de place que ce que je pensais. Ceci étant il est très parlant (heureusement). D'ailleurs à ce propos, j'ai récemment acheté le DVD (oui je sais, j'achète des DVD) d'Apocalypto, le très bon film de Mel Gibson, et hier ou avant hier en matant le boitier je me suis fait la réflexion que les mecs de la com se sont pas trop foulés question charte graphique pour le bouquin: un fond vert brumeux avec un mec qui marche on sait pas trop où. Autant pour Apocalypto ça claque, autant là bof...Enfin au moins on connait la couleur de la fin du monde.

     

      

    Je ne suis plus tout à fait sûr de comment je suis tombé sur ce bouquin. Il me semble que j'avais dans la tête un début d'histoire qui relatait les derniers instants de l'humanité (pour faire simple) et que je me suis penché sur les bouquins qui traitaient le sujet. Ou sinon je trainais sur le Net à la découvertes des blogs littéraires (sisi). Toujours est-il que je suis tombé dessus en parcourant un blog (ou un site je sais plus) tenu par deux amoureuses des livres et dont j'ai oublié le nom. L'article vantait les mérites du bouquin, il parlait d'un sujet qui me parlait. Pas besoin de plus. Vamos!

     

    Premier point : le style brut de décoffrage. Le roman est écrit à la première personne et au présent, ce qui est assez déstabilisant pour un amoureux de l'imparfait et du passé simple comme moi.  Et puis on s'y fait. Le style, simple et rugueux colle parfaitement à l'instantanéité qui découle de cette appréhension face l'imminence de la fin du monde.

     

     Deuxième point : L'histoire est pas mal foutue. L'enquête bien que simple est suffisamment tordue pour tenir en haleine. Ceci étant, bien plus que l'intrigue, c'est l'obsession d'un flic psycho-rigide dans un monde en perdition qui est intéressante. Henry Palace, le héros, a des airs de premier de la classe, de ceux qui sont insupportables à tout faire comme le manuel le recommande. Mais finalement on s'y fait. Et au fur et à mesure qu'on avance dans le livre, on se rend compte que c'est cette obsession pour le travail bien fait qui le rapproche de la victime et lui permet de se concentrer sur on enquête alors que le monde qui l'entoure part progressivement en couilles.

     

    Ben H Winters, le "jeune" auteur, a visiblement fait des recherches auprès de scientifiques autour d'un éventuel cataclysme, et ça ressent. L'univers qu'il dépeint entre les derniers soubresauts des sociétés modernes et l'arrivée progressive du chaos est très crédible. Et bien qu'elle soit au départ assez en retrait par rapport à l'enquête, "cette fin du monde" prend de plus en plus de place jusqu'à renvoyer l'enquête à ce qu'elle est réellement: un détail, une entreprise vaine.

     

     

    Ben H Winters et la couv du troisième tome de sa saga apocalyptique

     

     

    Dernier Meurtre avant la Fin du Monde est donc un bon petit livre, efficace et désespéré et qui, sans être de la grande littérature, est bien écrit et se lit très rapidement en plus. A noter que ce roman fait partie d'une anthologie de trois romans sur les enquêtes de l'inspecteur Palace à l'aube de l'apocalypse.


    Je valide.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :