• Jormungand

     

    Tiens j'ai vu Deadpool y a deux semaines mais j'ai eu la flemme d'en parler. J'm'en bats un peu les couilles en fait. Il reste un peu plus perché que ce à quoi je m'attendais de la part d'un Marvel mais la flemme.

     

     

    le résumé : Jonah, un enfant soldat d'origine indéterminée, est recruté par une mystérieuse vendeuse d'arme nommée Koko Hekmatyar. Bien que détestant au plus haut point les marchands d'armes, il finit par intégrer l'équipe de Koko et découvre un monde opaque où hommes affaires, terroristes, militaires, mafieux et services secrets s'allient et s'affrontent selon la situation.

     

     

    le trailer anglais (bah oui, c'est rare les trailers d'anime en VOSTFR)

     

     

     

    Avec un résumé pareil je ne savais pas quoi imaginer, surtout qu'avec les Jap on n'est jamais à l'abri qu'une connerie mongoloïde ou puérile à souhait. Bonne surprise, ici le traitement est très premier degré.

    Comme dans pas mal de séries, c'est à travers les yeux de Jonah, le petit nouveau, qu'on découvre l'univers de Koko et plus globalement du commerce d'armes militaires à l'échelle internationale. Pour faire simple Jormungand c'est un peu un mix entre Lord of War et Black Lagoon. Petite précision : quand Yuri Orloff vend des AK74 et des M60, Koko elle vend des missiles et autres pack d'amélioration d'avions et hélicoptères de combat. On pourrait s'étonner (ou pas) de foutre un enfant dans une équipe de mercenaires. Les japonais sont coutumiers du fait et en général ça dessert l'histoire plus qu'autre chose. Néanmoins ici ça passe plutôt bien, Jonah servant d'ailleurs de "caution morale" à sa patronne complètement borderline.

     

     

    Jonah, un ex enfant soldat

     

    Jormungand... Pourquoi ce nom? Bah c'est en rapport avec le mythe du même nom mais il faut mater l'anime pour comprendre. Le gros point fort de cet anime, c'est qu'il nous fait découvrir le monde de l'armement et toute la dimension géopolitique qui va avec. Entre les cellules armées de la CIA,les groupuscules aux financements opaques on voit que les auteurs ont pris le temps de se renseigner sans entrer dans les délires fantasmagoriques.

     



    Scarecrow et Shokolade, agents de la CIA chargés de traquer Koko

     

    Deuxième bon point: les personnages sont bien fouillés et mondialisation oblige on croise des personnes de tous bords et toutes provenances. Les mercenaires qui forment l'équipe de Koko sont issus d'un peu partout et on s'attarde assez sur le back ground et les spécificités de chacun. D'ailleurs il n'y a que deux Japonais (un ancien yakuza reconverti en chauffeur et un ex analyste des services secrets japonais),le reste de l'équipe étant composé d'un ancien carabinier (italien), d'un ancien soldat artilleur Philippin, d'un ex flic  de groupe d'intervention, d'un ancien de la Delta Force US et d'un ex GI spécialiste en explosifs et génie civil (ricains). Seuls Valmet (la borgne experte en combat rapproché) et Jonah ont réellement des origines indéterminées il me semble.

     

    L'équipe au grand complet

     

     Mais le vrai personnage de la série c'est bien Koko. Enigmatique à souhait, on ne sait jamais ce qu'elle pense vraiment ni ce qu'elle a derrière la tête. Manipulatrice comme pas permis, c'est un personnage qui ne perd pratiquement jamais son sang froid et reste impassible en toutes circonstances. D'ailleurs même ses rapports avec les autres sont ambigus. On pourrait croire qu'elle est lesbienne et fricote avec Valmet (qui serait pas contre) mais même pas. Koko c'est le genre de personnage qui pourrait laisser sous entendre tout et n'importe quoi dans le but de parvenir à ses fins (dans le cas présent la mise en place du projet Jormungand). Malgré tout, elle apporte une attention particulière aux membres de son équipe.



    Koko, une marchande d'armes aux tendances sociopathes

     

    D'ailleurs, un truc assez curieux, c'est la présence des femmes dans l'anime. Que ce soit au niveau des marchands, des mercenaires, des scientifiques et des services secrets, elles sont omniprésentes et souvent plus redoutables que les hommes.

     

    Hex, "mercenaire" membre d'une cellule fantôme de la CIA

     

     

    Concernant le design, même s'il est loin d'être comparable à un truc récent comme Tokyo Ghoul (pas le même budget non plus), il reste relativement sympa. Par contre l'animation est au top, en particulier dans les scènes d'action archi bien rythmées (avec de l'électro dubstep assez cool en bande son).

     

    Bref, sans être didactique (c'est pas un documentaire non plus), cet anime apparemment assez documenté nous permet une incursion dans le monde fascinant et malsain du commerce d'armes tout en restant cool et nerveux. Et tout ceci en conservant un ton assez premier degré (les exécutions sont légions). Fallait le faire.

    Bon anime vraiment moins con que la moyenne. Ah ouais, et tant que j'y suis, les épisodes sont dispos sur le Tube. Enfin pour le moment.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :