•  

     

     

     

    Même dans l'univers des mangas, la genèse de One Punch Man est assez particulière. A la base OPM comme on le nomme en abrégé est un webcomic (manga web même plutôt), écrit et surtout dessiné par ONE (le pseudo de l'auteur) sur son site Internet. Devant le succès de la première version malgré un dessin quelque peu approximatif, Yusuke Murata, un mangaka pas hyper connu mais hyper doué (en fait il est connu vu qu'il a dessiné EyeShield 21, célèbre manga sur le foot américain dont je ne parlerai pas ultérieurement mais qui est très bien quand même), s'est joint à ONE et tous les deux ont décidé de refaire le manga depuis le début mais avec les dessins hyper classes de Murata. Car s'il y a 2 choses réussies dans le manga ce sont bien les dessins et l'originalité de l'histoire.

    Parlons en de l'histoire tiens:

    Saitama, un jeune looser ordinaire, n'a qu'un but dans la vie: devenir un superhéros. Pour ce faire, il s'entraine dur, tellement dur qu'il finit par perdre tous ses cheveux. En revanche il obtient une force tellement importante qu'elle lui permet  de venir à bout de n'importe quel individu d'un seul coup de poing. Aussi finit-il par se lasser de n'avoir aucun ennemi qui puisse lui arriver à la cheville.

     

     
    Saitama en pleine démonstration de sa force

     

    Devant ce pitch hautement improbable, toute l'intelligence de ONE a justement été de s'attarder sur les problèmes existentiels de Saitama et tous les détails qui pourraient l'amener à être réellement reconnu en tant que superhéros. Ainsi entre 2 explosions de monstres, Saitama doit faire équipe avec un cyborg disciple, remplir son garde manger et payer les factures, intégrer l'association des superhéros et gérer les relations avec ses pairs et le public. Parce qu'il faut quand même le dire: Saitama est un Japonais moyen, voire un peu plus moyen encore car il peut être très con par moment. Heureusement, en plus de sa force incommensurable, il peut compter sur la présence d'esprit de son disciple.

     

     

    Genos, cyborg, disciple et ange gardien de Saitama

     

    L'autre point fort donc c'est le dessin de Murata qui est juste énorme en comparaison avec la plupart des mangas. Le mec est tellement à fond qu'il se permet de faire  un découpage millimétré à la limite de l'animation:

     

     

    Et des fois il part tellement loin dans son délire qu'il fait la même en couleur:

     

    Non, c'est n'est pas un dessin animé!!

     

    Si quelqu'un a déjà un truc pareil dans un manga ou un comic, qu'il me dise lequel parce perso je vois pas. Bref c'est beau, c'est cool et c'est classe!!

    Devant le succès toujours plus grand de ce manga, une adaptation en anime devrait voir le jour incessamment sous peu. Reste à savoir si elle sera à la hauteur. En attendant, j'invite tout le monde à jeter un oeil au manga très fun disponible uniquement sur le net en France (pas encore édité ici) qui mérite amplement d'être lu.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Résumé:

    Il y a quinze ans, Silvano un ancien représentant en vin tout perdu. Il n'est plus que l'ombre de lui-même depuis qu'un braquage qui a mal tourné lui a enlevé sa femme et son fils. Désormais serrurier, il mène sa vie comme un fantôme,  incapable de refaire sa vie. Pourtant sa vie bascule de nouveau le jour où il apprend que Raffaello, le seul braqueur arrêté et condamné à perpétuité, risque d'être libéré.

     

     Massimo Carlotto n'est pas un inconnu dans le monde du polar. En France, il est notamment connu pour avoir écrit de nombreux romans dont Arrivederci Amore (adapté au cinéma par Michele Soavi dans un très bon film). Mais en Italie sa notoriété dépasse le cadre de la littérature policière. En effet il a été au centre une affaire judciaire très médiatisée qui lui a valu de fuir l'Italie à 25 ans, d'être condamné par contumace à 18 ans de prison, repris et incarcéré pour être finalement gracié sous la pression de l'opinion publique. Autant dire que lorsqu'il parle des criminels, des flics et de la prison, il sait de quoi il parle.

     

    Massimo Carlotto

     

    Ce qui frappe d'abord à la lecture de ce roman c'est le style brute de décoffrage mais parfaitement maîtrisé de l'auteur. Ainsi après une introduction à la 3ème personne, tout le reste du roman est une suite de chapitres alternant le point de vue de Silvano ou Raffaello. Ainsi tout l'histoire est racontée à travers l'évolution, aussi physique que mentale des 2 protagonistes.

     

    Au delà de l'intrigue à la fois simple et bien menée, c'est surtout un questionnement sur le châtiment, la peine et l'éventuelle rédemption d'un criminel. Le sujet n'est pas nouveau, Dostoïevski l'avait déjà exploité il y a plus d'un siècle. Pourtant il n'en reste pas moins que le jeu de miroir formé à travers Silvano et Raffaello finit par poser une réflexion sur le pardon et les limites de la justice. Même si le roman est très noir, il n'en demeure pas moins touchant et sans cynisme aucun sur la tragique destinée des personnages qui hantent ce roman.

    Un beau livre.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Enfin un livre qu'on serait pas étonné de trouver là au cas où on viendrait par hasard. Bah oui "Champ de Mines", "l'Art de la Guerre", "Orage d'Acier" ça reste dans le ton.

     

     

     

     

     

    Je ne sais même pas si on peut appeler ça un roman à proprement parler, sachant que livre se résume à une suite de descriptions et et un nombre ultra limité de dialogue. On pourrait plus apparenter ça à des mémoires de guerre.

     

    Personnage controversé s'il en est, à la fois véritable héros de guerre (amplement justifié à la lecture du bouquin en tout cas) et sympathisant nazi, Ernst Junger reste un personnage complexe et fascinant.

    Nazi swag

     

    Je ne vais pas m'attarder sur la bio de ce personnage ni sur les les diverses polémiques qu'il a suscitées au cours de sa vie (militantisme militaire, affiliation au parti nazi, pacifisme, francophilie) car ce n'est pas l'objet de cet article. Il y en a d'autres qui sont sûrement très bien faits à ce sujet.

    La lecture de ce bouquin est assez éprouvante, tant par le style clinique, froid et quasi sans dialogue (il s'agit d'un ensemble de notes prises durant la guerre), que par l'absence totale de dramaturgie. Il n'y a pas d'enjeu ici hormis de remplir sa mission et dans un deuxième temps de survivre. Ayant lu A l'Ouest, Rien de Nouveau il y a peu de temps, j'avoue avoir été quelque peu décontenancé par ce récit assez abrupte donc où le jeune Ernst Junger atterrit sous le feu des combats, se fait blesser, revient, se refait blesser,monte en grade,  re-revient, se re-refait blesser...

    A la lecture du livre on peut se demander comment un mec, presque tout le temps en première ligne du front a pu revenir vivant d'un enfer pareil. La grande force d'Orages d'Acier, c'est ce profond sentiment d'immersion au milieu des tranchées et de l'horreur ordinaire de la première guerre mondiale. Les cadavres s'empilent à une vitesse affolante, en général atrocement mutilés, les balles fusent, les obus pleuvent, les camarades tombent comme des feuilles, mais qu'importe! Le principal est d'avancer coûte que coûte.

     

    Pourtant et c'est un détail qui m'a un peu étonné, il y a finalement très peu de description de la promiscuité endurée dans les tranchées,  hormis quelques rares passages où il évoque brièvement les gros rats, les poux et l'immense boue à laquelle la tranchée est parfois (souvent) réduite. De fait, on est donc loin de l'image des Poilus à la Française, ce n'est pas ce qui importe à Ernst Junger et c'est normal. Quand on est en première ligne du front, que la plupart de ses camarades tombent comme des mouches et que le seul abri vaguement fiable soit le trou creusé par un obus, je pense qu'on a vite fait d'oublier la saleté ambiante. Par contre contrairement aux romans de guerre habituels, l'auteur fait tout de même la part belle aux descriptions "pratiques". Ainsi on découvre l'arrière ligne et les conditions de ravitaillement des vivres et des armes, le rythme des militaires, la relation avec les camarades, les supérieurs, les subordonnés ainsi que la cohabitation avec les habitants de villes et villages occupés. J'y ai même appris l'existence des cyclistes et des coureurs de combat sur le champ de bataille.

     

    Il y a un regard à la fois "martial" et très chevaleresque sur la guerre. J'entends par là qu'Ernst Junger ne s'émeut qu'assez rarement du sort réservé à la plupart des soldats comme s'il était tout à fait naturel qu'ils ne soient là que pour remplir leur devoir (autrement dit servir de chair à canon). Pourtant d'un autre côté il n'y a jamais aucune antipathie que ce soit à l'égard de ses ennemis. Il les combat parce qu'ils sont dans l'autre camp  et rien d'autre. Il fait d'ailleurs assez souvent mention de la bravoure de ces derniers que de ses pairs, aussi on peut ressentir le respect qu'il éprouve vis à vis de certains Anglais, Français, de la plupart des Ecossais, voire des Indiens. D'ailleurs, et c'est assez curieux mais important de le remarquer, bien qu'il ait mené campagne en Alsace, dans le Nord, en Picardie et en Belgique, il a principalement fait face à des Anglais (ou colonies).

    En bref, c'est un très beau roman (parce que ça en reste un), et plus encore, un témoignage très instructif, très immersif et donc très intense sur les quatre plus violentes années d'un engagé volontaire qui au terme de son parcours aura frôlé la mort des dizaines et des dizaines de fois, été blessé sérieusement une quinzaine de fois, et reçu la plus haute distinction militaire.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Ca faisait longtemps que je voulais lire ce classique d'André Malraux. Après tout Malraux est un peu au carrefour de plusieurs de plusieurs carrières et a laissé son empreinte dans l'histoire en tant qu'écrivain humaniste et politicien engagé, ou le contraire. La Condition Humaine, classique du 20ème siècle et auréolé du prix Goncourt, m'intriguait particulièrement. Donc après l'avoir acheté il y a quelques mois, j'ai pu m'y plonger aussitôt que j'avais terminé la lecture du Ellroy décrit il y a quelques temps.

    L'histoire :

    La Condition humaine relate le parcours d'un groupe de révolutionnaires communistes préparant le soulèvement de la ville de Shanghaï. Au moment où commence le récit, le 21 mars 1927, communistes et nationalistes préparent une insurrection contre le gouvernement.

    (source : Wikipedia )

     

    Bon j'ai pas repris tout le résumé qui dévoile un peu trop le bouquin à mon goût. On va simplement dire que l'histoire s'articule autour de plusieurs phases de la révolte allant de la prise d'assaut des commisariat de la ville jusqu'à la scission du parti Communiste avec le Kuomintang de Tchang-Kai Sek et la prise de pouvoir de ce dernier. L'évolution de ces événements qui s'étalent sur quelques jours seulement va se dérouler simultanément selon les points de vue de divers protagonistes, principalement Tchen, Kyo, Ferral, tous acteurs de ce bouleversement à leur niveau; chacun de ces personnages étant à la fois archétypal et symbolique (Kyo représentant l'intellectuel bourgeois voulant faire ses preuves sur le terrain, Ferral l'industriel colonialiste, Tchen le fanatique déterminé etc). Leurs destins et leur vision seront bien entendu très fortement impactés par l'ensemble de ces événements.

    Ce que j'en ai pensé: c'est un très bon livre qui est à la hauteur de sa renommée en ce qui me concerne. Malraux instaure dès le début une tension assez énorme autour de Tchen, une tension qui sera finalement toujours toujours palpable autour de ce personnage. La folie de ce personnage entièrement voué à sa mission au point qu'elle en devienne son unique raison de vivre, est fascinante et préfigure un peu l'existentialisme bien plus que tous les autres personnages (à l'exception peut-être d'Hemmelrich) même s'ils l'illustrent tous à leur manière. L'antagonisme de ce personnage avec son frère d'arme Kyo, bourgeois métis complexé d'être davantage perçu comme un théoricien que comme un homme d'action est parfaitement bien décrit. C'est d'ailleurs vraiment un des gros points forts du roman. La narration qui permet au travers des événements dese pencher sur la personnalité bien complexe de chacun des protagonistes, les renvoyant à travers leur statut (d'homme et de femme), leur faiblesse, leur détermination, leur résignation à cette condition humaine.

     

    Je l'ai lu il y a déjà quelques mois et c'est en y réfléchissant en écrivant ce texte que je me suis rendu que je l'avais vraiment apprécié. Alors bien sûr j'ai tout de même trouvé quelques passages un peu pompeux où j'ai eu l'impression que Malraux se lisait écrire ( ou s'écoutait parler), notamment lors des réfléxions philosophiques de Gisor, le père peintre-philosophe de Kyo. Mais cela n'entache en rien le plaisir que j'ai eu à lire ce bouquin.

    En résumé, c'est un très bon livre passionnant et qui donne à réfléchir. A noter qu'il est quand même préférable de connaître  ou de se renseigner un minimum sur le contexte dans lequel l'histoire se déroule sous peine d'être un peu perdu par moments.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le yamikin Ushijima

     

     Ushijima c'est le titre du manga sur le yamikin du même nom (qui s'appelle en réalité Kaoru Ushijima). Mais qu'est-ce qu'un yamikin? Au japon un yamikin est un usurier clandestin qui pratique des prêts à tarif pour le moins prohibitif

     Le manga suit donc le personnage d'Ushijima, usurier de son état effectuant via sa société "Bye Bye Finance" des prêts hautement prohibitifs à des personnes insolvables. Sa clientèle se compose de ce qui fait parfois de pire en termes de déchéance humaine, enfin le devient après l'avoir rencontré. Manga choc dur et violent le personnage principal n'est pas vraiment décrit pour être attachant, loin de là. Il n'éprouve en effet que peu d'estime pour le genre humain, et tout autour de lui et de son équipe gravitent des personnes le confortant dans ses idées, à savoir des personnes ayant un besoin immédiat d'argent: vieilles joueuses de machines à sous, chômeurs, organisateurs de soirée, homosexuels paumés, prostituées, salary men endettés, yakuzas, des gens pour la plupart asservis par l'argent et qui finiront par être asservis par Ushijima.

    Une victime d'Ushijima

     

    Le manga se compose le plus souvent  de plusieurs histoires se déroulant sur un ou plusieurs tomes, montrant la déchéance, et parfois aussi le salut, d'une personne prise au piège de l'argent (fille obligée de se prostituer, gangster en herbe ayant emprunté de l'argent à des yakuzas etc.) ainsi que les dommages collatéraux sur son entourage. Dans ces histoires Ushijima joue clairement un rôle de second plan, étant parfois l'élément déclencheur de la chute du personnage principal, mais il lui arrive aussi d'être au centre de l'intrigue. En effet, il encourt tous risques possibles pour faire fructifier son entreprise et est lui-même confronté à de nombreux ennemis de tous horizons (escrocs, flics, maîtres-chanteurs, gangsters, yamikin rivaux et même des yakuzas).

     

    Namerikawa, chef de gang et futur yakuza, et ennemi occasionnel d'Ushijima

     


    Graphiquement le dessin de Shohei Manabe assez brouillon et approximatif du début (assez en phase avec les premières histoires) s'améliore au fur et à mesure. Il y a aussi et surtout un regard sociologique dans ce manga sur la façon dont sont décrits tous ces personnages, plus pitoyables que vraiment méprisables, et souvent aveuglés par un désir ou un rêve un peu illusoire (désir de s'intégrer, de devenir riche et célèbre, de changer de vie) emportées dans une spirale assez effroyable.

    C'est un manga dur et parfois très violent (bien plus au niveau psychologique que visuel finalement) mais sa violence est loin d'être aussi gratuite que dans la plupart des seinen. C'est aussi et surtout un regard assez réaliste selon les histoires sur une facette plus sombre du Japon et qu'on ne veut pas nous montrer, celle des laissés pour compte, celle d'un pays en crise en proie à un mal-être général où chacun cherche sa place dans la société, un regard très éloigné de l'imagerie kawai qu'on veut nos vendre à longueur de temps.

     

    De loin mon manga préféré.

     

    A noter : la  série a été adaptée sous forme de drama au Japon.

     

     

    Malgré l'affiche colorée il semblerait que la série ait conservé le ton sombre du manga, et a été reconduite pour une deuxième saison:

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique