•  

     

     

     Bon je voulais le publier avant la fin de l'année mais j'ai pas eu le temps.

     

    Parce que j'ai quand même écouté des trucs sympas ces derniers mois et qu'il n'y a pas que la folk dans la vie.

     

    Corinne Bailey Rae - Heart Speaks In Whispers

     

     

    Alors que son premier album a remporté un succès aussi considérable qu'inattendu(4 millions d'albums dans le monde), Heart Speaks In Whispers, le troisième effort de la jolie Corinne a été accueilli dans une indifférence polie. Peut-être qu'on lui a reproché son orientation un peu trop neo soul, je sais pas. Moi, j'aime bien (sauf la chanson Horse Print Dress parce qu'elle arrête pas de faire des "ouh ouh!" mais ça c'est parce que j'ai l'esprit mal placé). Pour moi de toute façon elle reste une valeur sûre. Par contre je la préférais à l'époque de son deuxième album. Ses cheveux étaient assez longs comme ça. Et puis je suis allergique aux reprises de classiques (ici Do You Ever Think Of Me). Le pauvre Curtis n'a rien demandé à personne alors laissez-le bordel. Enfin elle s'en sort bien en vrai, et c'est toujours mieux qu'Angie Stone qui avait signé un reprise assez catastrophique de la même chanson. 

    Bon album, je kiffe bien. 

     

     

     

     

     

    Alicia Keys - Here

     

     

    Un cran au dessus de ces stars qui s'affichent sur Insta sans maquillage une fois de temps en temps, la belle Alicia Keys va encore plus loin en décidant de ne plus se maquiller du tout "parce que c'est faux, que ça nique la peau et que c'est pas gentil pour les baleines" ou un truc comme ça.  Et tout ça aussi pour te montrer que même sans ça la meuf garde un physique très hautement fréquentable (niveau visage du moins parce que c'est une adepte du yoyo). Même si elle m'insupportait à l'époque de son premier album tellement on l'avait sucée avec ses nattes collées genre la nouvelle Aretha Franklin, j'aime bien le personnage. Discrète relativement simple, douée au chant et au piano (et à la guitare, je viens de l'apprendre), et en plus elle fait de bonnes chansons (j'ai pas tout écouté, loin s'en faut). Bref, concernant le dernier album, j'ai écouté deux singles à la radio, j'ai bien aimé, j'ai écouté l'album j'ai bien kiffé. Après elle fait un peu la meuf engagée, comme toutes les chanteuses Noires en ce moment mais y a rien. De ce côté ci de l'Atlantique je m'en tape un peu quoi.

     

    Un son un peu à l'ancienne mais efficace. Propre.

     

     

     

    Solange - A Seat At the Table

     

     

    Aaah la jolie Solange...

    Mine de rien, ce doit être difficile d'être la petite sœur d'une des chanteuses les plus mondialement célèbres et adulées de ces 15 dernières années. Si elle est probablement très connue aux Etats Unis, ici  je n'ai entendu parler de Solange que lorsqu'elle a défendu sa soeur et qu'elle a attaqué Jay Z son goujat de beau frère dans un ascenseur (scène mémorable filmée par une caméra de surveillance dont la vidéo a fait le tour de la planète). De fait, elle n'a jamais rencontré  le succès en tant de chanteuse. Solange c'est typiquement le genre d'artiste que je connais de nom mais que je prendrais même pas la peine d'écouter en temps normal (idem pour sa sœur en fait). Pourtant s'il y a bien un album qui m'a bluffé dernièrement c'est le sien. En théorie j'étais censé en entendre parler sans y prêter la moindre attention mais un son diffusé sur Nova avait attisé ma curiosité. Du coup j'ai écouté le reste.

     

     

     

    Bon c'est simple, il tourne en boucle depuis sa sortie (enfin sa sortie sur le Net). Je crois qu'il n'y a aucun titre que je zappe.Elle peut quand même remercier la légende Raphael Saadiq qui a produit une grosse partie des sons. Ce qui se ressent fortement dans l'ambiance, même si elle se permet un ou deux sons sous influence (comme Don't Wish Me Well où on ressent l'influence de Little Dragon). Par contre c'est quoi cette pochette sérieux?

     

     

    On dirait Louis XIV bordel. Passer de la photo dessus à ça? Le no make-up challenge ça va pas à tout le monde. N'est pas Alicia Keys qui veut. Remets-moi du maquillage, et plus vite que ça! Facilement un de mes albums de l'année (oui oui j'insiste).

     

     

    Schoolboy Q - Blank Face

     

     

     

    Cette pochette... On dirait Mike Myers d'Halloween le mec. Enfin je la trouve assez réussie dans le délire (comme souvent avec lui).

    Bon il est sorti y a plusieurs mois déjà. Etant donnée la claque que je m'étais prise avec Oxymoron, j'attendais son album avec assez d'impatience et d'appréhension. Et finalement il est sorti et j'ai même pas calculé. Parce que hormis ce son assez monstrueux:

     

     

    Les autres singles m'ont pas vraiment convaincu. Ceci étant, j'ai tout de même fini par acheter l'album. Bon bah Blank Face est un bon album assez homogène et très bien produit, avec un SchoolBoy Q fidèle à lui-même. Néanmoins le reproche que je pourrai lui faire est qu'il ne contient pas de son aussi lourd que le précédent. On a un seul Groovy Tony là on avait Hell of A Night (au titre explicite, on dirait vraiment le sheitan par moments ce mec), Hoover Street, Man of The Year, ou même Break The Bank. Enfin on peut se rattraper avec le très bon clip de John Muir. D'ailleurs je viens de capter que ce con a clippé presque tous les sons de l'album. Ah ouais quand même... 

     

     

    Dave East - Kairi Chanel

     

     

     

    Avec sa tête de playboy arrogant, il a tout du rappeur susceptible de m'insupporter. Comme quoi...

    On va passer rapidement sa bio (en gros il a grandi à New York,  il a tenté une carrière dans le basket mais a finalement préféré se concentrer sur le rap)

    Personnellement je ne connaissais pas jusqu'à ce que je tombe par hasard sur un lien Youtube de sa dernière mixtape.

     

     

     

     

    Honnêtement ça faisait longtemps que je n'avais pas apprécié la mixtape (très bien produite au demeurant) d'un rappeur New Yorkais. Je pense que le dernier rappeur en date était Skyzoo donc ça remonte déjà à quelques années.
    Pourtant si j'apprécie Dave East, ce n'est pas forcément parce qu'il impressionne en tant que rappeur (ce qui est loin d'être le cas), mais c'est plutôt parce qu'il a une certaine personnalité. En effet, ayant vivoté entre Harlem et le Queens toute sa jeunesse, Dave East se positionne d'emblée à contre courant de se qui se fait un peu partout et se revendique des légendes New Yorkaises sans pour autant tomber dans le boom bap habituel dans "anciens avant l'heure" du genre Torae ou même Action Bronson. 

    D'ailleurs et toujours dans le même ordre d'idée, loin de véhiculer l'image du voyou habituel, on ressent de sa part une volonté d'être non seulement réaliste vis-à-vis de lui-même mais également de prodiguer des textes conscients, ce qui est assez rare dans son créneau. En plus, il ne manque pas d'autodérision, n'hésitant à paser pour le pigeon de service comme dans cette chanson:

     

     

    Non mais quel con...  

     

     

     

    Joe Budden - Rage and The Machine

     

     

     

    Bon il était assez attendu, et apparemment il est à la hauteur des attentes. Perso je ne l'ai pas assez écouté pour émettre un avis concret. Dans tous les cas j'aime bien Joe Budden. C'est le genre de rappeur avec une grande bouche qui n'hésite pas à tirer sur tout ce qui bouge, et son absence totale de langue de bois le rend aussi marrant qu'insupportable, ça lui a valu de nombreuses inimitiés d'ailleurs. A son palmarès d'embrouilles: Inspectah Deck et tout le Wu Tang (il avait sorti qu'il comprenait pas pourquoi pas on adulait autant Method Man et le trouvait rincé ha ha! Il s'en est mangé une pour la peine), Consequence (qui lui en a mis une également ha ha! A sa décharge c'était en traitre), Saigon avec qui il a eu un clash inintéressant au possible (les mecs se clashaient et se suçaient en même temps à base de "c'est le meilleur clash qu'on m'ait fait"), et dernièrement Drake histoire de le remercier de l'avoir cité parmi les rappeurs favoris du Canadien (en gros "tu suces mal mais t'as du goût" comme dirait l'autre). Bref les embrouilles avec ses collègues, c'est son crédo. Ce mec c'est un peu 50 avant l'heure, d'ailleurs ils se sont également embrouillés (quoi de plus logique?). Insupportable, en plus il passe son temps à s'afficher avec des filles qu'on voit normalement que dans les clips. 
    Malgré tout on ne peut pas le réduire à ça. Après un énorme tube le mec a passé le reste de sa carrière dans l'underground et a prouvé qu'il écrivait et rappait mieux que la plupart. Il a de quoi l'ouvrir quoi.  Pour en revenir à ce nouvel album (son 7ème, ou son 9ème, ou bien son 11ème, enfin j'en sais rien), il est entièrement produit par Araabmusik, un mec qui s'est principalement fait connaître par son travail auprès de Cam'ron et des Dipset, puis par de nombreuses prods pour divers rappeurs. Perso j'ai toujours aimé ce qu'il faisait et je trouve qu'il a plutôt fait un bon taff dessus. En résulte un album très propre avec du fond et de la forme. Que demander de plus? Un album un peu plus long peut-être? Je retiens néanmoins Forget (trop courte bordel!) et surtout Idols je trouve assez énorme, où il évoque ce que ses idoles d'hier sont devenues aujourd'hui.

     

    Bref, très bon album.

     

    On verra maintenant ce que va nous apporter cette nouvelle année.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Je ne sais pas si je l'ai déjà dit mais j'aime beaucoup la folk. C'est un genre qui me parle assez bizarrement, le côté calme ou même enjoué qui évoque les grands espaces et les contrées lointaines, les chansons d'amours malheureuses qui évoquent les années 60 alors que j'étais même pas né), je sais pas y a un truc qui parle à ma sensibilité. Et puis la folk c'est aussi un genre qui laisse une grande place à l'écriture et à la poésie. Du fait de ses influences (la Beat generation, le romantisme, les mouvements hippies, libertaires et/ou contestataires), il est assez courant de voir des textes assez engagés et/ou introspectifs. Enfin il me semble.

    Cette année a été marquante pour ce genre musical suite à deux annonces presque consécutives: l'entrée de Bob Dylan dans le cercle prestigieux des auteurs lauréats du prix Nobel, et bien sûr le récent décès de Leonard Cohen. 

    Alors que le grand Bob Dylan vient d'être récompensé du prix Nobel de la littérature pour l'ensemble de son œuvre, il faut rappeler que la folk, le genre qu'il a grandement contribué à faire émerger, a connu nombre d'artistes qui n'ont pas rencontré le même succès au point de tout arrêter du jour au lendemain. Paradoxalement la disparition subite de certains artistes talentueux a contribué à créer une aura autour d'eux au point de leur faire rencontrer un succès tardif, voire même posthume.

     

     

    Nick Drake

     

     

    Probablement le plus célèbre, et le plus torturé. Je connaissais vaguement de nom, mais j'en ai eu marrre de le confondre avec Nick Cave sachant pertinemment qu'ils n'ont rien à voir, alors je me suis penché sur sa disco. De la folk pure et dure, des chansons douces amères qui permettent assez facilement de déceler le mal-être qui rongeait l'artiste au point qu'il en vienne à mettre fin à ses jours. Heureusement qu'ila eu le temps de faire trois albums avant.

     

    C'est beau, je kiffe salement

     

     

     

    Vashti Bunyan

     

     

    Quelque peu moins torturée que son collègue du dessus, Vashti (c'est son vrai prénom) Bunyan n'est pourtant pas indienne. Selon Wiki, elle descendrait même d'un grand auteur religieux anglais du 17ème siècle. Faut croire que ses parents ont viré hindou en cours de route. Pour en revenir à Vashti, alors la meuf a sorti un album (très fraîchement accueilli niveau vente) et , découragée, a tout simplement arrêté la musique... Jusque dans les années 2000 où on a enfin réévalué son talent, lui permettant un come back inespéré. Effectivement en écoutant son album, j'aime beaucoup son timbre de voix et l'inspiration un peu médiévale qui se dégage de certaines chansons avec la flûte, ou le hautbois qui sort de nulle part lol. C'est doux, reposant et enchanteur. Après honnêtement ça reste un peu spécial.

     

     

     Bridget St John

     

     

    Découverte par John Peel, un DJ clé de cette période et découvreur de talents, Bridget St John a immédiatement rencontré un succès d'estime. Néanmoins les ventes de ses albums n'ont malheureusement jamais suivi et au bout de quatre albums à 30 elle décide de mettre fin à sa carrière. C'est en fait une fin toute relativement car si elle choisit de ne plus sortir de disque, elle décide malgré tout de continuer à se produire de temps en temps. J'ai découvert au moment d'écrire cet article. Je n'ai écouté que l'album Ask Me No Questions,  et effectivement, comme avait dit John Peel, on sent un peu le rapprochement avec Nick Drake même si les chansons sont peut-être un peu plus doucereuses. C'est beau.

     

     

     

    Sibylle Baier

     

     

    On n'est pas obligé d'être Ricain ou anglais pour faire de la folk. Preuve en est avec Sibylle Baier, allemande de son état. Auteur d'un unique album n'ayant pas rencontré le succès, la jeune femme opte pour une décision radicale. En effet, elle choisit de raccrocher sa guitare définitivement et de retourner dans l'anonymat pour se consacrer à l'éducation de ses enfants. Ses morceaux referont surface au milieu des années 2000. Et son album rencontrera enfin son public, un peu tardivement pour qu'elle décide de remettre le couvert toutefois. Personnellement j'aime beaucoup. Néanmoins le style ultra épuré (guitare-voix) et la fragilité de sa voix rendent l'écoute de l'album relativement déprimante sur la durée. Heureusement quelques chansons enjouées permettent de remonter un peu le moral.

     

     

    Judee Sill

     

     

    Si Nick Drake est le plus torturé des artistes folk, Judee Sill est indubitablement l'une des plus marquées vu le parcours chaotique qu'elle s'est payé.  On ne dirait pas à voir sa tête d'Amy Farrah Fowler mais la malheureuse a eu une vie de cassoce comme pas permis. Pour résumer: son père meurt quand elle a huit ans, sa mère se marie avec une célébrité de l'animation mais les relations sont tendues à la maison. Du coup elle enchaine les (grosses) conneries et devient délinquante à temps partiel, si bien qu'avec son copain de l'époque elle enchaine les braquages d'épicerie (!!) et finit inexorablement en prison pour mineurs.  C'est là bas qu'elle découvre la musique. A sa sortie elle reprend des études d'art mais sa mère meurt alors qu'elle n'a que 17ans. Le choc est tel qu'elle arrête l'école et quitte le domicile pour se mettre avec un dealer. Elle se marie avec un musicien et vit à Las vegas mais tous deux deviennent accrocs à l'héroïne. Elle retourne finalement en Californie où elle fait le tapin et a quelques affaire de drogue qui l'emmènent une nouvelle fois en prison. Elle apprend à ce moment là que son frère vient également de mourir (!!!) ce qui la pousse à tenter de raccrocher et se mettre sérieusement à la musique. La drogue aura finalement raison d'elle, elle meurt d'une OD en 1979 à l'âge de 35ans.
    On pourrait en faire un film limite, et paradoxalement je pense qu'il y a un nombre incalculable de chanteuses avec le même type de parcours, qui sont passées à côté du rêve américain.

     

     

    Etrangement on ne ressent pas vraiment la douleur de cette vie dans ses belles chansons qui sont plutôt relativement enjouées tantôt folk, tantôt blues.

     

     

     

    Evidemment il y en a beaucoup d'autres (comme Susan Christie, Kate Wolf ou Karen Dalton que j'ai découvertes à l'occasion de ces écrits) dont une très grande majorité que je ne connais même pas. Néanmoins je trouve important au moment où on célèbre deux icone de ce genre de se rappeler que s'ils ont grandement contribué à son émergence, la folk existe aussi et surtout parce que des centaines ou peut-être des milliers d'autres artistes ont emboîté leurs pas sans pour autant rencontrer le succès de Simon & Garfunkle, Cat Stevens ou Jon Baez. Ou dans le meilleur des cas un succès tardif. Mais bon après tout c'est le jeu de l'art. 

     

    Vive la folk.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique