• Nocturnal Animals

     

     

    Je voulais le voir à sa sortie... et je l'ai raté (comme d'hab).

     

     

     

     

    Résumé Wikipedia:

     

    Galeriste en vue à Los Angeles, Susan Morrow, la quarantaine, travaille sans passion dans un milieu artistique à l'originalité convenue. Son époux Hutton Morrow s'éloigne d'elle pour plonger dans le lit d'autres femmes. Tandis que Susan se désespère, elle reçoit un livre de son ex-mari, Edward Sheffield, qu'elle n'a pas revu depuis des années, intitulé : Nocturnal Animals, qu'il lui dédicace. Sa lecture effrénée la plonge dans une tourmente de sentiments très vifs qui réveillent ses souvenirs de jeunesse tandis qu'elle découvre l'histoire de Tony, sa femme Laura et leur fille India, agressés en pleine nuit par une bande de voyous sadiques. Lentement, inexorablement, Susan fait le lien entre le personnage fictif et l'homme qu'elle a aimé par le passé…

     

     

     

     

     

     

    La première fois que j'ai vu la bande annonce, et que j'ai vu écrit :"un film de Tom Ford", je me suis demandé s'il s'agissait d'un homonyme. Bah non c'est bien le vrai. Curieux personnage que ce Tom Ford. En parcourant sa bio, j'ai été étonné par son parcours assez atypique vu qu'il n'était pas vraiment destiné à travailler dans la haute couture (si ce n'est qu'il est gay). Il doit avoir un melon de la taille d'une montgolfière, il n'en reste pas moins une des personnalités les plus célèbres du mode de la mode. Ca a l'air d'être un sacré mec ce Tom Ford. 

     

     

     

    C'est difficile de parler de ce film sans trop en dévoiler sur l'intrigue. On peut déjà dire que l'action est articulée autour de trois axes: le présent, le passé (via des flashback assez subtiles) et la fiction (le livre). Evidemment on sait déjà que les trois vont se rejoindre.

    Passé une intro WTF où on voit des obèses danser à poil lors d'un vernissage, on entre dans le vif du sujet dès que Susan reçoit le fameux roman et entreprend sa lecture.

    Rien que le début du "roman" m'a mis un peu mal à l'aise. La tension palpable qui va crescendo m'a fait penser à Dernière Maison sur La Gauche, aux Chiens de Paille aussi. Le Texas, une route quasi déserte, une voiture de chauffards... Dès le début on sent la patate. Que peut faire ce mec faible, mari et père de famille ordinaire qui n'a probablement pas dû se battre depuis le CE1 face à trois mecs aux mines patibulaires et aux allures de redneck? Le pire c'est qu'en matant le film on peut certes critiquer son attitude mais je suis sûr que la plupart des gens réagiraient plus ou moins comme lui. C'est un mec normal en fait, qui croit qu'il peut s'en tirer en parlementant. Un mec normal. C'est ce qui est limite triste. Beaucoup de gens penseraient être moins lâches mais en vérité... Bon perso ça risquerait peut-être moins de m'arriver vu mon tempérament et le fait que j'ai toujours un club dans mon coffre (alors que j'ai jamais fait de golf). J'avais aussi une barre de fer sous mon siège mais ma femme l'a virée en nettoyant la voiture. Faudra que je pense à la remettre. Paradoxalement, je ne suis pas quelqu'un de violent. J'ai peut-être juste été un peu trop exposé à la violence quand j'étais ado. Enfin bref, chacun voit midi à sa porte.

     

     

    Tony (Jake Gyllenhaal), un père de famille ordinaire en plein cauchemar

     

     

     Pour en revenir au film, tout au long du métrage, et de la lecture du roman par Susan, on découvre l'histoire que raconte ce fameux manuscrit, de la même manière qu'on découvre en parallèle l'histoire de ce couple déchu. Qu'est-ce qui bouleverse autant Susan? Le livre est-il autobiographique? A-t-elle été violée? Que s'est-il passé pour qu'ils en viennent à se séparer et se perdre de vue si longtemps? J'en dis pas plus pour ne pas gâcher le suspense. Toujours est-il que l'histoire est plutôt bien amenée.

     

     

    Ray Marcus (Aaron Taylor-Johnson), un redneck totalement instable

     

     

     

     Je ne connais pas le roman d'origine (ni même l'auteur d'ailleurs, Austin Wright, un écrivain reconnu chez eux), mais le film doit une grande part de sa réussite aux codes du film noir avec lesquels il joue allègrement: musique hitchcockienne, hommes violents ou victimes, manipulateurs ou naïfs, femme fatale, personnages troubles voire ambigus, avec une grande part d'ombre, un passé mystérieux qui se révèle progressivement. Je dis bien "il joue"car le film en lui-même n'est pas vraiment un film noir, ni même un drame ou encore un "rape-and-revenge" mais plutôt un peu tout ça à la fois, et même un peu plus. Toute cette histoire est illustrée par une mise en scène à la fois sobre et classieuse.

     

     

    Bobby Andes (Michael Shannon), un inspecteur sur le déclin

     

     

     

    Niveau interprétation c'est top comme on pouvait s'y attendre. Le toujours très bon Jake Gyllenhaal prête une fois de plus son visage anguleux et ses yeux caverneux d'insomniaque à un film nocturne. Le toujours très fringant Armie Hammer est évidemment à l'aise dans le rôle du beau gosse de service même si je ne l'avais pas reconnu en brun. Aaron Taylor-Johnson, qui a bien changé depuis Kick-Ass, est également très bon à tel point que je ne l'avais pas reconnu non plus. Quant à Michael Shannon, bah c'est Michael Shannon quoi. Mais c'est surtout Amy Adams (42 ans déjà!) qui porte le film. Je n'avais jamais calculé cette actrice jusqu'au jour où j'ai vu American Bluff (où elle avait un faux air de Nicole Kidman). Et même si c'est surtout Jennifer Lawrence qui m'avait bluffé (sans mauvais jeu de mots), je l'avais vraiment trouvée très bonne. Pour le reste de la distrib, RAS si ce n'est qu'on n'y prête presque plus attention. J'exagère à peine mais à y regarder de plus près, Nocturnal Animals est quand même le film de ses deux acteurs principaux, et l'histoire de deux personnages liées par un passé commun des plus troubles.

     D'ailleurs le titre lui-même n'est pas anodin, comme en témoigne ce plan final renvoyant à Nighthawks, le célèbre chef-d'œuvre d'Edward Hopper, tableau illustrant le mystère qui plane autour d'un couple attablé dans un restaurant en pleine nuit.

     

     

     

    Susan (Amy Adams), un bel oiseau de nuit

     

     

     

    Pour faire bref, Nocturnal Animals c'est bien, c'est beau, c'est bien écrit et doté d'un dénouement bien plus malin que la plupart des films noirs. Un beau film sur la nature humaine, le pardon, le changement. C'est aussi un peu une histoire assez proche de CE FILM finalement, mais en réussi et donc en carrément moins con. En plus Tom réussit à placer une ou deux paires de lunettes dans le film. Je vais peut-être me l'acheter tiens.

     

    Très bon film.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :