• LE MONDE SELON MOI

     

    Pensées, coups de gueule et autres réflexions extraordinaires

     

    Le Monde selon Moi

  •  

     

     

    Il a beau être terminé depuis hier, je vais néanmoins faire un petit retour perso du salon du Livre. Après tout pour une fois que je ne le rate pas il faut bien que j'en parle.

    Cette année apparemment c'était la Russie qui était à l'honneur, et vu l'actualité (élections truquées, espion empoisonné etc) évidemment, un petit boycott a perturbé "cet honneur", ce qui n'a pas manqué de causer quelques remous diplomatiques de faible envergure. Perso ça m'a fait ni chaud ni froid vu que j'ai même pas calculé le pavillon qui était dédié au pays de Dostoïevski (c'est malin).

    Bon en vrai, ça va être assez bref vu que tout a dû être dit et que retour va être extrêmement subjectif. En effet, si j'y suis allé c'est dans un objectif bien particulier, à savoir pister les différentes maisons d'éditions susceptibles de correspondre à mon roman. Vu que mon manuscrit baigne dans un univers qu'on qualifiera de fantastique, j'ai donc été voir les maisons d'éditions orientées  fantastiques/SF.


    Comme prévu, j'ai donc revu celles qui sont déjà assez présentes et visibles sur le Net gens la Volte, l'Atalante, Bragelonne, ActuSf. Néanmoins, à ma grande surprise, j'ai pu voir quelques maisons plus discrètes comme Mü ou Critic.

    En vrai j'ai été assez déçu par le fait qu'il n'y avait que très peu de maisons d'éditions axées "sf/fantastique" même si c'était à prévoir. En revanche il est impressionnant de voir la place qu'a pris la littérature estampillée fantasy/romance à la Twilight dont les romans pullulaient aux quatre coins du site, des grandes maisons généralistes aux plus petites spécialisées. C'est affolant mais faut croire que ça marche vraiment ces conneries. En fait je viens de voir que la littérature Young Adult avait fait l'objet d'une thématique à part entière, ce qui me semble très logique quand on veut mettre la Russie à l'honneur. Après tout Twilight, c'est un peu le Anna Karénine de notre époque (lol).  

     

    Enfin, y a les enjeux culturels et il y a les enjeux financiers. Chacun voit midi à sa porte.

     

     

    Mis à part ça, rien de neuf sous le soleil. Outre la Russie, il y a avait également un pavillon dédié au Moyen-Orient (je crois), Enfin c'est pareil j'étais tellement naze que j'ai eu la flemme d'y jeter un coup d'œil. Sinon je me rappele pas si c'est chaque année le cas mais la plupart des régions avaient leur propre stand dans le genre "Vos régions ont du talent". Why not...

    Entre-temps, ma femme essayait de voir les "célébrités" présentes ce jour-là. Perso ma culture littéraire ayant quelques limites j'ai pas reconnu grand monde à l'exception de Delphine de Vigan (et encore j'avais oublié son blaze). Bon en fait en matant CETTE LISTE, je les ai connais tous au moins de nom, mais j'en aurais reconnu quasi aucun. De toute façon j'étais pas venu pour eux, donc je m'en tape un peu. Ma femme en a néanmoins profité pour aller  voir Danny Laferrière (même pas sur la précédente liste, ce qui est un peu honteux vu qu'il est académicien mais bon) et lui acheter un livre dédicacé.

    Moi de mon côté j'ai tapé la discute avec Cédric Castagné, un sympathique écrivain qui me faisait son speech afin de me refourguer son bouquin (un peu comme tous les autres en fait). D'ailleurs, en échangeant un peu avec lui, j'ai fini par réaliser qu'il était au salon en indépendant et qu'il avait auto édité son bouquin. Je trouve ça plutôt cool, d'ailleurs si ça se trouve je vais finir par faire pareil je pense si je ne trouve pas d'éditeur. Enfin encore faudrait-il que j'arrive à mettre autant d'énergie que lui pour y parvenir. Quoiqu'il en soit, plus pour le soutenir que par réel intérêt j'ai fini par acheter son bouquin. Je vais essayer de le lire dans pas trop longtemps en espérant qu'il soit pas trop mal.

     

    A part ça, bah pas grand chose à rajouter si ce n'est que j'ai assez peu vu d'espaces consacrés à la BD ou au manga. Il y avait bien les géants genre Dargaud et Pika mais grand chose de plus. De toute façon j'étais pas venu pour ça.

    En ce qui me concerne j'y étais allé dans une optique particulière et j'ai fait ce que j'avais  à y faire. L'année prochaine j'essaierai d'y aller en touriste à 100%.

     

    Allez next 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Il fut un temps assez lointain où j'étais quelqu'un qu'on pouvait qualifier de relativement sportif et athlétique. Je courrais deux-trois fois par semaine, je pouvais faire cent pompes d'affilée, j'étais assez bien dessiné...

     Genre ça (avec plus d'abdos):

     

     

     

     

     

    Bon ça c'était avant. Aujourd'hui je ressemble plutôt à ça:

     

     

     

     

    Enfin je n'ai évidemment pas les performances physiques de Fédor qui pour ceux qui ne le savent pas est juste un des plus grands combattants de tous les temps,  mais bon, comme je suis noir, je suis toujours un peu plus dessiné que lui en étant pourtant plus gras (une énigme ce mec)..

     

    Donc aujourd'hui, je ne suis plus sportif, plutôt un mec en éternelle reprise. Chaque année, je "reprends" le sport donc, puis je me nique quelque chose, me fais une tendinite et c'est KO. Sachant que j'ai un taff et une femme (je sais pas ce qui prend le plus de temps entre les deux d'ailleurs), sans oublier une flemme qui augmente avec les années, proportionnellement à la dégradation de ma santé: surpoids, hernie discale, tendinites diverses et à répétition, articulations fragilisées, hallux valgus (putain ce corps de vieillard à même pas quarante ans), j'ai abandonné le rêve de reprendre le viet vo dao ou de faire de la boxe. Bref j'ai décidé de me reprendre en main en optant pour la solution la plus simple (retourner régulièrement à la salle.

     

    Ca faisait un mois que je n'y avais pas mis les pieds, depuis que 'avais perdu mes baskets je ne sais pas trop comment en fait. Etant à sec comme chaque mois, j'ai attendu de toucher ma paie pour m'en acheter de nouvelles et y retourner. C'était d'autant plus urgent que j'avais repris 2kg sur les trois perdus et que je sentais mes lombaires se barrer à nouveau en vrille.

     

    J'y suis retourné deux fois la semaine dernière, à 6h du mat à chaque fois (la motive). La première fois s'est bien passée, sans forcer : vélo, dos abdos. Tranquillou. La deuxième par contre...

    C'était vendredi il y a dix jours. J'avais tellement la tête dans le cul avec mes 5 heures de sommeil que c'était couru. Je me suis dit: tiens je vais courir un peu". Le problème c'est que j'avais oublié à quel point l'endurance se perdait vite. Il y a un mois, je courais encore 5km avec une difficulté et une vitesse relatives, genre en une trentaine de minutes sans souffrir. C'est peut-être nul pour certains mais je partais d'assez loin (je mourrais au bout de 3mn avant lol). Un mois plus tard donc, à savoir le fameux vendredi, je me remets à courir un peu, une vingtaine de minutes, histoire de me chauffer. Et là le calvaire commence. Au bout de 5mn, mon dos commence à tirer, mes genoux m'envoient chier, ma tête ne veut pas sortir de mon cul, la salle diffuse de la dance et j'ai pas mes écouteurs... je commence à regretter un peu mais impossible de lâcher. Abandonner n'est pas une option comme ils disent dans la pub de Freelitics (j'avais essayé aussi mais ça m'a encore plus niqué le dos malheureusement, dommage car c'est plutôt efficace).

    Donc je tiens 5mn, 10mn... Puis, à un moment je ne sais pas pourquoi mais j'ai pris mon portable pour mater un truc et il a glissé.

     

     

     

    En voyant mon portable tomber, j'ai eu le reflexe habituel et je me suis penché pour le ramasser.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le truc c'est que le tapis roulait toujours...

     

     

     

     

     

     

    J'ai fait un truc dans le genre:

     

     

     

     

    Bref, je me suis ramassé comme une merde. Enfin pas autant que lui mais pas mal quand même.

    Premier reflexe dans ces cas-là: savoir qui t'a grillé. Je me suis relevé dignement et sans tourner la tête j'ai astucieusement guetté dans le reflet de la vitrine s'il y avait du monde derrière moi (il faisait encore nuit). Par chance y avait qu'un mec qui faisait du vélo. Heureusement que je me suis pointé à 6h du mat... Enfin bon tant bien que mal je me suis farci mes 20mn avant d'aller taffer au développé-couché. 

     

    J'ai taffé comme j'ai pu, enfin contrairement à ce que je pensais ça a été mieux de ce côté. Pour terminer, séance d'abdos et basta.

     

    Bon on va essayer de tenir le cap car même si j'avais pas beaucoup perdu, j'avais quand même maigri et surtout je me sentais carrément plus en forme.

    De toute façon j'ai pas le choix. Je suis obligé de continuer, ne serait-ce que pour mon dos (et mon amour propre quand je me vois dans la glace mais ça faut pas le dire).

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    L'autre jour alors qu'on allait chercher un truc à manger à midi, un collègue me faisait remarquer:

    "Tu trouves pas qu'il y a de plus en plus de gens dans le besoin à Paris?"

    En effet, depuis qu'il m'a dit ça je me suis rendu compte qu'il avait raison. Et depuis je vois des pauvres partout. C'est fou ça!

     

    Des pauvres, des pauvres, encore des pauvres. Des pauvres partout. Ca en devient flippant. Avant on me sollicitait environ une fois ou deux par jour en moyenne. Aujourd'hui ça peut aller jusqu'à 5 ou 6 fois en comptant les gens qui mendient dans le métro.

    D'ailleurs là quand je parle des pauvres je parle même pas des gens en galère à la fin du mois hein. Je parle des vrais pauvres, des gens qui mendient et/ou sont à la rue. Aujourd'hui y a plus rien d'étonnant à voir des gens dormir à même le trottoir comme des ivrognes en train de cuver, sauf qu'ils ne cuvent pas (ou pas seulement), ils dorment. Pas contre le mur non, au beau milieu du trottoir. J'en ai encore vu hier à Opéra avec tous les touristes qui s'écartaient pour passer. Ca devait bien les faire flipper.

    Pour en revenir à ceux qui mendient: tu prends la ligne 3 du métro c'est devenu une cata. Avant j'avais l'habitude de me taper la moitié de la ligne, de St- Lazare jusqu'au terminus (traduction pour les non Parisiens: du centre de Paris jusqu'à la banlieue est, banlieue de pauvres, mais pas pauvres pauvres enfin on se comprend, ou pas). Bah ça y avait minimum un mec ou une meuf qui faisait la manche pendant le trajet, et je dis bien MINIMUM. Des fois ça donnait presque lieu à des situations cocasses (je pense que c'est le bon mot) où tu te poses limite des questions. Tiens, une fois par exemple une meuf était assise à côté de moi. La meuf du style ultra maniaque, limite TOC, sort son petit gel hydroalcoolique et se tartine les mains pendant 5mn facile alors que le train commence à devenir bondé. A ce moment y a une femme qui entre pour faire la manche et pendant qu'elle passe l'effleure. J'ai cru que ma voisine allait péter un câble. Elle ressort sa solution pour se barbouiller pendant une pige, et là c'est le gag. Alors que la mendiante sort au bout du wagon y a un gros mendiant du style Shrek qui entre à l'autre bout et commence à traverser le wagon en poussant tout le monde évidemment. J'ai cru que ma voisine allait faire une attaque cardiaque. Elle est sortie à la station suivante , traumatisée à vie par le métro je crois...

     

    Une autre fois (y a quelques mois), j'ai été témoin d'une scène assez surréaliste. Un jeune qu'on a l'habitude de voir mendier sur ma ligne monte dans le métro en même temps que moi et commence à mendier en faisant son discours habituel (comme dans l'épisode de Bref où il était dans le métro). Sauf qu'à la station d'après, y a un autre jeune habitué qui entre dans le même wagon. Et là les mecs commencent à taper la discute du style "tu vas bien? T'as dormi où cette nuit? Ouais le parking c'est la merde, il est fermé maintenant." Puis ils se checkent et le premier descend et le second commence son speech comme si de rien n'était. Franchement c'est assez difficile à expliquer mais j'ai failli rigoler sur le moment.  

     

    Après faut pas croire que tout le monde est solidaire et tout. C'est pas les Bisounours. Et c'est là que j'ai appris que même la mendicité était un milieu concurrentiel. A la gare St Lazare (toujours la même), il y a une petite bonne femme de cinquante balais qui est connue est usagers. Elle est là presque tous les soirs et interpelle les gens les uns après les autres en leur demandant une petite pièce. y a aussi un grand Asiat qui fait la même chose au même endroit mais jamais à la même heure, comme s'ils se partageaient les tranches horaires. J'en viens à me demander si c'est pas son mari. Bref, tout allait bien dans le meilleur des mondes sauf que depuis peu des Roms ont également envahi les lieux. Depuis la vieille ne décolère pas: elle leur tape des scandales, leur dit de dégager, les menace d'appeler les flics, criant à qui veut l'entendre que c'est immoral de pratiquer la mendicité avec un bébé dans les bras. A priori j'ai l'impression qu'elle a obtenu gain de cause vu que je ne vois trop  de rom dans l'enceinte de la gare.

    Ce qui est assez affolant, et qu'on voyait pas avant c'est une nouvelle mendicité, pratiquée par des gens à l'apparence somme toute ordinaire. Des jeunes, des moins jeunes, des Blancs, des Noirs, des hommes des femmes... Des gens qui sont assez éloignés de l'image qu'on peut se faire de quelqu'un assez en galère pour mendier.

    Des gens normaux ou presque.

     

    Et c'est là que tu te rends compte que la crise en France c'est bien vrai.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Tout le monde ou presque connait Joan Cornellá (qui est espagnol),  ne serait-ce que via Facebook ou les autres réseaux sociaux. En revanche je ne suis pas sûr que tout le monde savait que ses saynètes à l'humour trash étaient considérées comme des œuvres d'art au point d'être exposées. En tout cas moi je savais pas.

     

     

     

    Joan Cornellá

     

     

     

    J'ai donc été à l'expo à Arts Factory, une petite mais sympathique galerie près de Bastille, en me demandant ce qu'il allait proposer par rapport à ce qu'on connait déjà du bonhomme.

     

    Bah la réponse est sans appel: rien.

     

     L'expo est cool, c'est pas le problème. Juste qu'on se retrouve devant des planches qu'on (que je) a déjà vues pour 80% d'entre elles. Rien de neuf quoi.

    Dommage

     

    Bon ça reste quand même cool de voir des gags en version animée et les planches en vrai.Ca m'a permis de retaper quelques barres avec des planches comme celle-ci :

     

     

     

     

     

     

    Ha ha!! C'est tellement con. Par ailleurs on peut y acheter des sérigraphies à tirage limité dont certaines valent un bon billet d'ailleurs. Après je ne sais pas qui voudra installer un truc pareil sur son mur mais bon pourquoi pas.

     

    Je vais pas m'étaler, pour faire court ça reste un truc sympa mais c'est dommage qu'il n'ait pas eu plus à présenter. L'expo plaira probablement encore plus à ceux qui ne connaissent pas. Bref allez y faire un tour ça mange pas de pain. Et puis en plus c'est gratuit 

     

     Allez next

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    J'ai profité du beau temps pour aller me faire cette expo plutôt pas mal sur le fameux peintre impressionniste.

    On va la faire vite et on va commencer par une bio express de l'artiste:

     

    Camille Pissarro est né dans les Antilles danoises, puis a vécu au Venezuela avant de s'installer à Paris. C'est là qu'il côtoie Gauguin et Cézanne ainsi que d'autres peintres qui donneront naissance au mouvement impressionniste. Assez fidèle à sa ligne directrice artistique, c'est le seul peintre qui participera à tous les salons annuels qui comptera ce mouvement. Assez renfermé, il consacrera sa vie à peindre sans relâche parfois des dizaines de fois les mêmes sujets, des sujets simples et proches de lui comme la route de Louveciennes qui jouxte sa maison ou le jardin des Tuileries sur lequel donne son atelier. Il s'éteint en 1903 à 73ans.

     

     

     

     

     

     

    Que dire donc sur ce peintre et l'expo qui lui est consacrée? Bah j'en sais rien en fait, d'autant que je ne connaissais le peintre que de nom. Ce qui frappe d'entrée de jeu chez lui, c'est le côté "non spectaculaire" de ses œuvres. Des sujets banals, des petits formats c'est pas le genre de peinture qui explose au regard. En fait, il faut le décodeur, et j'ai bien fait de prendre l'audioguide car il n'est pas avare en infos complémentaires, comme pour décrypter certaines œuvres où le spectateur peine à trouver le sujet et c'est normal car il est multiple. C'était apparemment un de ses grands trucs (du moins à une certaine période): tout mettre au même niveau.

     

     

     

    Pissarro travaille beaucoup avec la même palette de couleurs, et les décline en nuances de manière très subtile pour donner une texture assez particulière et très vivante à ses tableaux.

    Comme tout bon impressionniste il y a un gros travail sur la lumière, et selon les périodes, Pissarro s'essaie au pointillisme, voire au divisionnisme.

     

     

     Il y a quand même une certaine humilité qui émane de ses œuvres. En effet, Pissarro est un peintre de paysages avant tout, la nature est son thème de prédilection. Et quand il peint des personnes, ce sont des portraits de petites gens, fermières, paysannes, vendeuses du marché tout ça tout ça... Après c'est un peintre qui a touché un peu à tout (peinture à l'huile, aquarelle...)

     

     

    Bref j'ai rien d'autre à dire si ce n'est que c'est une bonne expo assez complète malgré l'hyper-productivité de l'artiste. Après en toute honnêteté, je ne crois pas que j'arriverais à reconnaître son style en vrai.

     

    A voir jusqu'au 9 juillet

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique