• LE BRUIT ET LA FUREUR

    Le Bruit et  la FureurDu classique au rap, de Miles Davis à Lady Gaga, des découvertes et des review même sur ce que j'aime pas. En toute objectivité bien sûr

  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'ai découvert ça je sais plus trop comment, sans doute une fois de plus grâce aux fabuleux algorithmes de Google (ils sont forts chez Google).

     

     

     

     

    Avec ce morceau probablement clippé avec un iPhone dans la chambre de la jolie demoiselle (elle aurait au moins pu ranger sa chambre lol). Malgré quelque chose d'assez approximatif (voire un peu amateur) et sa gestuelle de triso (comme dans tous ses clips), j'ai bien kiffé le délire. Du coup j'ai un peu suivi la meuf.

     

     

     

    Pour sa bio, pas grand chose à dire. IAMDDB, Diana Debrito de son vrai nom (d'où le DDB) est née en 96 (ça nous rajeunit pas), et a grandi à Manchester. Probablement d'origine capverdienne ou Angolaise, c'est son père, lui-même musicien, qui lui a transmis le goût de la musique. Elle s'est fait remarquer en collaborant avec le célèbre producteur californien Flying Lotus. Apparemment elle a chanté pour le président d'Angola. Depuis elle s'est illustrée en produisant plusieurs EP dont le dernier nommé "Hoodrich Vol 3" vient de sortir. Voilà voilà. 

     

     

     

    En gros IAMDDB c'est un peu la meuf qui suit un peu le délire général en voulant néanmoins s'en démarquer. Comme les autres chanteuses de sa génération, elle fait un peu la zoulette dans ses chansons. La chaudasse je sais pas trop pas contre, j'ai pas écouté les paroles, mais bon elle a pas l'air très frileuse sur certaines photos/vidéo. Enfin c'est pas Lady Gaga non plus quoi.

     

    Je ne sais pas trop ce qui s'est passé mais, depuis 6 mois - un an que je tape son nom sur le Tube, je tombe à chaque fois sur un nouveau morceau. En gros la fille est assez productive. Musicalement comme j'ai dit IAMDDB s'inscrit un peu dans la mouvance des autres meufs de sa génération, genre Abra et Tommy Genesis, mais malgré tout réussit à affirmer son identité. En effet, IAMDDB chante, rappe, fredonne, parfois avec même avec un accent caribéen, selon les humeurs et les morceaux. Le tout avec un talent somme toute assez relatif. Elle ne chante et rappe ni bien ni mal, plutôt dans la moyenne, mais le tout donne un truc assez cool à  l'écoute, d'autant plus que côté instru on a parfois droit à des trucs un peu sombres comme à des sons très soul.

     

    Des sons comme ça:

     

     

    typiquement je kiffe. Je prends direct.

     

    Bon maintenant récemment j'ai l'impression qu'elle s'oriente un peu plus vers des sonorités rap de base comme pour ce morceau:

     

     

     

     

    Bon ça passe quand même à mes oreilles mais je préfère  ses sons un peu soul. De toute façon je l'aime bien, c'est comme ça.

     

     

    Bref, IAMDDB c'est un peu l'artiste que j'attends au tournant. En plus elle est très mignonne (pour moi en tout cas) malgré sa tête de shlag un peu perchée.

    Vu qu'elle a un buzz grandissant, je pense qu'un album pointera son nez d'ici peu. J'espère juste qu'elle va pas se foirer.

     

    Wait n See comme on dit.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Comme on peut le voir au travers des articles de cette rubrique (ou pas en fait, j'en sais rien) je suis un fan de soul. D'ailleurs j'ai un peu la gueule de l'emploi. La gueule et la dégaine à écouter de la nu soul. Ce qui est paradoxal (ou non), c'est que même si j'ai vite accroché à ce sous genre dès ses début (D'Angelo, The Roots, Raphael Saadiq etc), en fait ça m'a assez vite soulé sans mauvais jeu de mots. Le cliché du genre avec le Fender Rhodes, la voix suave etc, le délire un peu "RnB pour les grands" (un peu comme Melrose Place avec Beverly Hills), avec la panoplie (les mecs avec la dégaine de Donnie Hathaway, afro, etc.) mouais bof. Du coup même si j'ai continué à en écouter j'ai vraiment suivi le truc de loin, parfois à tort d'ailleurs car même des mecs comme Musiq Soulchild ou Dwele ont sorti de bons voire très bons albums. En fait en y repensant y a que Jill Scott et Raphael Saadiq dont j'ai vraiment suivi les discographies.

     

    Pour en revenir à Daniel Caesar on va passer vite fait sur la bio:

     

    Il est canadien, il est né en 1995, il chante. En 2014 il a sorti un EP nommé Praise Break, et aujourd'hui sort son premier album. Voilà voilà...

     

    Je sais pas trop si ce mec buzz ou non (il a l'air) mais il a capté mon attention depuis quelques mois. Je ne me souviens plus trop comment j'étais tombé sur un de ses titres mais j'ai adhéré direct. Ah si je me souviens: j'écoutais Steve Lacy, le guitariste de The Internet, et il était dans les liens sur Youtube. Ceci étant, j'ai accroché direct quand même, particulièrement sur ce son:

     

     

     

     

     

     Ouais, je kiffe.

    Aujourd'hui j'apprends que le mec vient de sortir son album sobrement intitulé Freudian.

     

     

     

     

     

    Pourquoi ce titre? J'en sais absolument rien. En toute honnêteté j'ai absolument pas pris le temps de me pencher sur les paroles. En fait n'étant pas bilingue à proprement parler, il faut me quand même un temps (et que je me "force" un petit peu) pour vraiment capter ce qu'on raconte dans les chansons. Paradoxalement j'arrive plus facilement à saisir les morceau de rap ou les séries, probablement parce que mon attention se focalise plus facilement sur les textes. Enfin bon vu la vibe on se doute qu'il raconte des histoires de canard comme d'habitude.

     

    Bon pour ce qui est de l'album, Daniel Caesar a fait dans la continuité en proposant des chansons au rythme lent, assez épurées. c'est un bon choix qui lui permet de mettre en avant sa voix de crooner. D'ailleurs en y regardant de plus près il est peut-être plus tributaire de Maxwell que des autres (enfin D'Angelo aussi dans une moindre mesure). Bref c'est pas fait pour danser, plutôt pour ambiancer et bouger la tête. En même temps c'est pas comme si c'était une surprise.

    Enfin bref, à part ça l'album est plutôt homogène, et surtout très bien produit. Ce n'est pas anodin lorsqu'on voit que le duo Mattew Burnett et Jorn Evans qui est derrière tout ça. Ces deux noms ne disent peut-être pas grand chose à beaucoup de monde, pourtant les deux mecs sont loin d'être des inconnus. En effet, Burnett comme Evans figurent parmi les plus importants producteurs canadiens actuels et ont collaboré (ensemble ou chacun de leur côté) avec de nombreux artistes de renom comme Drake, Big Sean, Eminem, Lil Wayne, Chris Brown... Ouais rien que ça. Vu les noms que j'ai cités ça pourrait faire peur mais en fait non. On reste bien dans un délire soulful à l'ancienne. Néanmoins, en dépit d'un sentier quelque peu balisé, Daniel Caesar se permet quelques incursions dans un registre aux influences très gospel (en particulier sur les titres Neu Roses et We Find Love qui m'a un peu fait penser à I'm Not The Only One, le hit de Sam Smith, dans le délire). Pas très étonnant vu que certains de ses textes semblent portés sur la religion.

     

     

     

     

     

    Côté featuring on a droit en tout premier lieu à Kali Uchis et H.E.R (une chanteuse qui monte), respectivement sur Get You et Best Part, les deux premiers titres de l'album. Enfin vu que ce sont deux single qu'on connaissait déjà. Sinon Daniel Caesar a également invité Syd, la chanteuse de The Internet, sur le très bon Take Me Away, et la petite Charlotte Wilson sur le non moins bon Transform. Perso je ne connaissais Charlotte Day Wilson qu'à travers l'excellent morceau qu'elle a fait avec Badbadnotgood (encore des Canadiens...). Faudra que je me penche sur son taff.

     

     

     

     

    Comme on peut le deviner, Freudian m'a conquis, j'ai bien kiffé. Freudian est un LP très travaillé musicalement, et honnêtement il n'y a pas vraiment de son qui fait tâche tout au long des 10 (11) morceaux qui composent l'album. Bon après c'est vrai que 10 morceaux c'est un peu court mais bon c'est toujours la même chose. Perso je préfère un bon album un peu court qu'un album qui s'étend en longueur. Et puis 45mn c'est pas non plus ce qui s'est fait de pire.

     

    Bref, avec Freudian, Daniel Caesar a comblé mes attentes. Je sens que je vais le faire tourner un petit moment.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique