•  

    Je viens de voir que j'ai commencé à écrire cet article le 19 mai. Je n'ai pas pu le finir avant plus plusieurs raisons, notamment à cause d'une certaine date dans le calendrier qui m'a un peu affecté. Je pense qu'il était temps de le terminer.

     

    Hier en allant arroser les fleurs sur la tombe de ma mère comme chaque semaine, je me suis rendu compte que quelque chose avait changé. Je n'ai pas envie de sortir les violons, ma mère est partie l'année dernière, c'est la vie et c'est malheureusement dans l'ordre des choses. C'est toujours plus dur à accepter pour les personnes concernées ceci-dit mais c'est comme ça.

     

    Donc hier, en allant au cimetière, j'ai vu que quelque chose avait changé. J'ai l'habitude de regarder les tombes avoisinantes. Quand on va dans un cimetière il y a quelque chose de très fort qui s'en dégage. Au delà de l'atmosphère qui varie selon le temps, la saison et l'architecture du cimetière, c'est l'énorme sentiment de solitude qui est très prenant. Hormis les jours d'enterrement il y a rarement foule dans ce type de lieu. Ceci étant les disparités entre les sépultures sont encore plus parlantes. Il y a plus moins trois types de tombes : les tombes correctement entretenues avec une jolie stèle et les tombes sans stèle qui ne sont ni plus ni moins qu'un cercueil enfoui sous une motte de terre, ce qui pourrait faire penser à une tombe d'indigent. Pourtant, pour ceux qui seraient scandalisés, il faut savoir que le décès de quelqu'un peut coûter très cher à ses proches s'il n'a pas souscrit à une assurance vie. Je dirais que la moyenne se situe aux alentours des 5000-6000€. La mort ne faisant pas l'honneur d'annoncer sa venue, tout le monde ne peut pas se permettre de débourser une telle somme aussi facilement. Il va sans dire que ces tombes là sont les plus tristes.

    Le troisième type est la jolie tombe abandonnée.

     C'est assez simple de reconnaître une tombe laissée à l'abandon. Elle n'a pas de fleurs ou très peu, sèche ou fanées en général, n'est pas du tout entretenue. Son occupant est tombé dans l'oubli. Peut-être qu'il n'a plus de famille, peut-être que sa famille réside dans un autre pays ou qu'elle ne l'aime pas. Peut-être.

     
    Quand je vais au cimetière, j'ai l'habitude de jeter un œil aux autres tombes. Sans faire le poète, elles racontent des histoires. On peut voir si la personne était relativement appréciée, quand elle est née et morte (et par déduction combien de temps elle a vécu), si elle était mariée, sa passion parfois (il y a deux rugbymen dans les environs), et s'il y a une descendance ou du moins une famille restante (les plaques funéraires étant relativement équivoques).

     Une tombe m'a particulièrement interpelé. Il s'agit de la tombe d'un dénommé Alexandre Diarra, né en 1974 et décédé en 1992. En plus d'être mort à 18 ans, ce qui m'a choqué sur la jolie stèle de sa tombe c'est qu'une signature assez particulière est inscrite dessus. En effet elle est ornée d'une gravure calligraphiée façon graffiti représentant  "Ämer".

     

    Le Ministère Ämer

     

    Pour ceux qui ne connaissent rien au rap français (ou qui sont trop jeunes), le Secteur Ä est un collectif emblématique ayant inclus de nombreux artistes phares comme les Negmarrons, Ärsenik, Doc Gyneco et le Ministère Ämer (Stomy Bugsy et Passi). Si chacun d'entre eux a connu son heure de gloire à une époque (Stomy au ciné, et Passi avec ses projets hybrides "Dis L'heure de Zouk/Rock/Rimes"), ceux qui ont connu le Ministère Ämer savent qu'à leurs débuts le groupe était plutôt synonyme d'une certaine violence. Je ne reviendrai pas sur les différentes controverses qui ont traversé leur carrière (surveillance des RG, chansons ouvertement anti police comme le "Sacrifice" ou "Brigitte", rivalité avec NTM...). Si petit que j'étais je me souviens que la violence de la Secte Abdulaï, comme on disait, dépassait le cadre de la musique à Sarcelles et dans les environs.

    On pourra toujours imaginer que le mec est mort d'un cancer ou mais il est fort à parier qu'Alexandre Diarra a été victime d'un accident ou plutôt qu'il est tombé durant une embrouille de bandes rivales à Sarcelles comme il en y avait beaucoup à l'époque.

     Je me suis toujours demandé comment une famille avait pu laisser faire inscrire un truc pareil (Amer) sur la tombe. Probablement qu'il n'en avait pas ou qu'elle n'avait pas les moyens et que ses amis ont cotisé pour lui payer la tombe.

     Toujours est-il que je n'ai jamais vu autre chose qu'un minuscule bouquet composé de deux fleurs toutes fanées dessus.

     

    Hier donc je suis passé, et quelque chose avait changé. La tombe d'Alexandre Diarra avait disparu. Plus de stèle. La terre avait déjà été retournée pour accueillir le futur locataire. Le bail avait expiré.

     

    C'est aussi ça la mort. Des gens proches qui se mobilisent pour un ultime hommage qui vient du cœur. Des gens tristes, qui pleurent, s'effondrent même parfois. Puis on passe à autre chose, la vie continue. Les morts quant à eux finissent pour beaucoup dans l'oubli. Ce n'est la faute de personne, juste la nature qui veut ça. C'est pour cette raison qu'en France le bail d'une concession funéraire est limité à une certaine durée renouvelable uniquement un ou deux ans avant expiration (je viens de voir que des concessions dites perpétuelles existent mais sont sujettes à caution).

    Chaque semaine, je m'efforce d'aller voir ma mère, de nettoyer sa tombe et d'apporter de nouvelles fleurs, non seulement pour entretenir un lien que nous avions lorsqu'elle était encore en vie mais aussi pour que les gens sachent que cette tombe est visitée, et que la personne qui y git manque à quelqu'un et que ses proches pensent encore à elle. J'ai du mal à l'expliquer mais quiconque a enterré quelqu'un de très proche le comprendra aisément C'est important. Dans ma fratrie, je ne pourrais pas dire qui était le plus proche de ma mère mais je pense dire sans trop m'avancer que j'étais probablement celui qui était le plus disponible. Je suis le dernier, j'ai donc toujours été celui qu'elle envoyait faire les courses ou aller à gauche et à droite. Par la suite, j'étais le seul à être véhiculé, et naturellement j'étais le premier qu'elle appelait quand elle avait besoin de quelque chose ou qu'elle avait un problème.
    Chacun a sa manière de vivre un deuil. Ma sœur s'est réfugiée dans les photos et souvenirs mais est incapable d'affronter la douleur d'une visite au cimetière. A contrario j'ai pendant pratiquement plus de six mois été incapable de regarder une photo d'elle. Mais cette tâche hebdomadaire est ma manière de perpétuer ce que je faisais à l'époque. Je m'occupe d'elle d'une certaine façon.

    Chaque fois que je vais au cimetière donc, je regarde l'état des tombes avoisinantes. Chaque fois j'ai un petit pincement au cœur en voyant celles qui semblent abandonnées ou peu visitées, et où des fleurs artificielles sont censées maintenir l'illusion de visites régulières. Pourtant je ne me permettrai jamais de blâmer qui que ce soit. Qui sait si dans dix, cinq ou même dans deux ans j'aurai encore la même rigueur?

    Au vu de sa stèle, Alexandre Diarra a probablement eu les honneurs d'un bel enterrement. Cependant il n'a pas eu la chance d'avoir une tombe régulièrement entretenue. La plupart d'entre nous finiront tôt ou tard dans l'oubli, certains plus vite que d'autres. On essaie juste d'entretenir la mémoire de quelqu'un le plus longtemps possible et puis c'est tout.

     

    Alexandre Diarra est né en 1974 et parti en 1992. Sa tombe a disparu au mois de mai. Je ne l'ai même pas connu mais j'ai une dernière pensée pour lui avant qu'il ne finisse dans l'oubli. Comme chacun de nous.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • J'aime bien les Cubains. Bon ok j'ai déjà dit que j'aimais bien les Italiens, les Turques, les Japs etc. donc je prends pas trop de risque. J'y peux rien, je suis un mec gentil moi, j'aime tout le monde.

     

     

     

     

     En vrai je suis comme la plupart des Français qui voient dans Cuba un exotisme, une beauté et une sensualité dignes des meilleures cartes postales. En vrai je connais que dalle de Cuba excepté Castro, TonyMontana, Eva Mendes, Ricky Martin, les cigares, les Mojitos, Reinaldo Reinas, quelques rappeurs (Fat Joe, Big Pun, Cypress Hill...) et Katia de Lys (hi hi!).

    Ah pour l'anecdote, une fois j'ai été dans un resto cubain avec des potes et comme un con je demande au patron un ... Coca. Le mec s'est énervé en me sortant qu'ils servaient pas de Coca, que c'étaient pas les putes des Ricains, qu'il y a rien de Ricain à Cuba (cf. l'embargo) et qu'ils les emmerdent. Et comme je suis intelligent je me permets de lui montrer les photos de "belles américaines" (les vieilles Cadillac, Buick, Plymouth etc qu'on voit à Cuba) accrochées au mur. Putain il a failli m'insulter ha ha! J'espère qu'il a pas craché dans ma bouffe ce jour là parce que c'était pas mauvais en plus. 

     

     

    J'imagine bien que pour les Ricains par contre, les Cubains et les Portoricains sont aussi exotiques qu'un Gwada ou un Martiniquais ici, mais bon chacun voit midi à sa porte.

     

     

    L'histoire:

     

    A la veille du coup d'état des révolutionnaires castristes, des soldats s'ennuient dans une garnison au fond d'un trou perdu. Livrés à eux-mêmes, les soldats de Batista passent leur temps à batifoler avec les filles de la manufacture de cigares. Néanmoins tous n'ont de regard que pour Carmen, une mulâtresse aussi belle qu'indépendante. José, un jeune soldat naïf, ne rêve que de retourner auprès de sa mère et de sa fiancée. Pourtant son destin bascule lorsque son chemin croise celui de Carmen.

     

     

    Le trailer (oui même les opéras ont des trailers maintenant)

     

     

     

    J'ai toujours voulu voir un opéra, et j'ai toujours voulu voir Carmen. Au delà du fait que je kiffe les morceaux les plus connus, c'est le premier opéra dont j'ai entendu parler car mes parents avaient le disque à la maison (alors qu'ils n'écoutaient pas de musique classique étrangement).

     

    Paradoxalement je ne me suis jamais penché sur l'histoire de Carmen, du coup au delà du changement de contexte je ne sais pas si le metteur en scène a pris tant de libertés que ça avec l'oeuvre originale. Dans tous les cas, le fait de situer l'action à Cuba à la veille de la révolution castriste passe comme une lettre à la poste.

     

    Carmen (Luna Menzanares) et Jose (Jose Prieto), les amoureux maudits

     

    Premier point et non des moindres: l'opéra est en VOST (véridique). Avec les sous-titres au dessus de la scène, on se croirait presque au ciné. Dès le début, on voit les soldats de Batista (l'ex dictateur donc) qui squattent un bled paumé et se font chier en essayant de piner les paysannes du coin. C'est assez marrant voir comme les dialogues sont crus et modernes.

    Ensuite on découvre la fameuse Carmen qui fait tourner les têtes de tous les hommes. D'ailleurs elle se prive pas. Et là je me suis dit: "Carmen c'est une grosse salope en vrai." En fait c'est pas tout à fait vrai. Carmen c'est plutôt le genre de meuf archi bonne dans les teen movies américains, sauf qu'elle sort même pas avec le quaterback mais elle chauffe toute l'équipe de foot, de basket, de water polo et même le club d'échecs. Une espèce de grosse chaudasse qui nique pas en fait.
    D'ailleurs elle est pas mal la Carmen. Elle a des bonnes formes, bien plantureuse et chante comme la Call... comme une cantatrice quoi. Tant mieux en même temps.

     

     

    Carmen la grosse chaudasse

     

    Parmi tous les clichés qu'on peut avoir sur l'île, en tout cas le sexe et la sensualité font partie intregrante de la culture et semblent se vérifier assez facilement (comme dans la plupart des pays chauds). De ce fait, on a droit à des passages assez torrides, et j'avais même un peu chaud par moments.

     Y a d'ailleurs des passages assez marrants comme un moment où Carmen promet une nuit d'amour inoubliable à son amoureux et que le mec se pointe et lui sort quasi texto: "vite allons au lit je dois retourner à la caserne dans une heure!"

    Et Carmen qui répond: "mais mais tu m'as pris pour une pute !? Tu crois que tu peux venir tirer ta crampe et t'en aller comme ça?"

    Je m'y attendais pas sérieusement. Je trafique même pas les dialogues hein, c'est mot pour mot ce qu'elle sort.

     

    Y a d'autres passages ultra sensuels où j'avais l'impression qu'une meuf allait limite se faire démonter tellement la scène devenait... caliente!

     

    Bon ça va c'est pas classé X non plus hein. C'est juste que niveau sensualité, ils ont mis le paquet, et ils ont bien fait!

     

    Bon c'est un opéra donc faut quand même qu'on parle de l'opéra en lui-même. Perso comme dit précédemment j'y connais rien mais j'ai passé un très bon moment. Concernant les costumes (très beaux), les chorégraphies (superbes), les arrangements (excellents), les orchestrations (très bonnes), l'interprétation générale (au top), on peut dire que j'ai été conquis.

     

     

    It's getting hot!

     

     A la limite on peut reprocher un petit déséquilibre entre le premier acte et le second bien plus court, des petits raccourcis au niveau "scénaristique", et un rappel pas hyper marquant (une petite choré mignonnette). En même un rappel à un opéra, qu'est-ce qu'on peut rajouter?

     Ah ouais j'avais aussi un peu "peur" du truc idéologique un peu douteux à la gloire de la "Revolucion" mais en fait, hormis le contexte historique et géographique, on s'attarde pas trop sur le sujet et c'est très bien comme ça.

     

    Bref Carmen la Cubana c'est frais, y a des chansons, de la musique, de l'opéra, de la salsa, du mambo, des belles danseuses, des beaux danseurs, de belles chanteuses, de beaux chanteurs, de la cuisse, des robes qui volent, des danses dignes d'un carnaval jamaïcain... Soit tout ce qui faut pour un bon opéra "latino"

     

     Je kiffe.

     

    NB: Raphael de Gübernatis du Nouvel OBS a trouvé ça balourd mais c'est un boloss (j'ai lu un ou deux de ses articles, pas pédant pour un sou le mec...). Et puis on pourra pas dire que je fais de la pub vu que le spectacle est encore visible jusqu'au 30 avril seulement.

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Je suis de bonne humeur en ce moment. Déjà j'ai changé de taff, et en plus j'ai plus de temps ce qui implique:

     

    - que je gagne un peu plus (bah oui)

    - que j'ai de nouveau une vie sociale sympa (vu que je ne voyais plus la plupart de mes potes par manque de temps et d'autres trucs perso)

    - que je vais pouvoir lire un peu plus et un peu plus vite parce que là c'est abusé (en fait c'est une résolution mais je compte bien m'y tenir vue la pile de bouquins qui m'attendent)

    que je me suis remis à écrire et que je compte m'y mettre un peu plus sérieusement. Parce que bon je mentirais en disant que je n'écris pas en dilettante.
    D'ailleurs je suis un peu plus productif que j'en ai l'air vu que j'ai bien avancé sur 2 romans que j'écris en parallèle. Par contre des fois j'attends d'être dans le mood pour écrire. Il faut (ou bien je me persuade) que je sois dans un certain état d'esprit pour retranscrire au mieux les idées que j'ai dans la tête. Le pb c'est que l'état d'esprit... bah il chipote un peu des fois. Du coup comme c'était mon anniv et que je deviens vieux mine de rien (pour info je suis né le même jour que Kate Hudson, donc je suis fan même si elle fait des films pourris) je vais essayer de m'appliquer une rigueur de coureur de fond comme dirait Murakami (encore un bouquin sur ma liste tiens), histoire de finir un truc avant la retraite..

     

    Y a des moments comme ça où on est dans une bonne dynamique

    J'ai une bonne motivation, pour la lecture, l'écriture, la reprise du sport vu que j'ai une salle à 10-15mn en voiture (avec un dos et des articulations en miette ça va être folklo)

     

     Ah oui j'oubliais et continuer à alimenter ce blog qui en est à plus de 20000 visites, ce qui est énorme pour moi.

    Donc merci à tous ceux qui sont passés jeter un oeil à mes articles ça fait plaisir

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Non je n'ai pas que Les Reines du Shopping comme plaisir coupable, j'ai aussi Des Chiffres et des Lettres (je suis d'ailleurs assez bon sans me vanter) et surtout Questions pour un Champion. J'ai une excuse pour Les Chiffres et Des Lettres. Je matais ça avec mon papy quand j'avais 8ans environ, donc c'est resté. Question

    Pour Questions Pour Un Champion c'est arrivé un peu plus tard, parce qu'on n'a pas une grosse culture à 10piges en général. Par contre quand ça a pris ça a pris. J'ai d'ailleurs participé à l'émission quand j'étais au lycée et je me suis mémorablement ramassé à la télé (j'avais pourtant fini deuxième de mon lycée lors de la présélection mais ça personne ne l'a vu évidemment). Pour la petite histoire, on était quatre lycéens, les seuls de la région parisienne et on a passé une semaine avec tous les autres lycéens dans un hôtel situé à Clichy, c'est à dire à 2km de chez moi à l'époque. lol.

     

    Bref, j'ai eu le temps d'appréhender (brièvement ) Julien Lepers qui ne m'avait pas laissé une super image dans le sens où c'était pas un génie (euphémisme) et qu'il nous avait accueillis avec une blague douteuse ("vous êtes du 93? Me frappez pas s'il vous plait!"). Néanmoins il était assez marrant mis à part ça. Bref, qu'on l'apprécie ou pas, il faut avouer que c'est lui qui fait (faisait) l'émission. Son énergie, ses blagues pas marrantes qu'il refait toutes les trois émissions, bref c'est sa personnalité qui a permis à Question Pour un Champion de ne pas rejoindre des Chiffres et des Lettres au rayon des programmes grabataires. Alors pourquoi le virer (salement en plus)? Et en plus pour le remplacer par qui? Putain le nouveau là Samuel Etienne, en plus d'avoir la même gueule que Nagui, il a pas la pêche c'est ouf. Le mec il parle comme Jean Luc Delarue, il fait dormir. Tu l'écoutes t'as l'impression d'assister à une psychothérapie. Je regardais la dernière fois, je voyais deux boloss qui passaient leur temps à se sucer du style "mon adversaire est trop fort", "il est redoutable". Alors OK avant aussi y avait des boloss mais au moins ils fermaient leurs gueules entre les questions en général.

     

     Question Pour Un Champion 2.0, mouais...

     

    Là je pige pas le projet. Comment tu veux rénover un truc qui n'a jamais changé de recette en près de trente ans? Comment "rajeunir" un vrai jeu de culture G où tu gagnes des dictionnaires (surtout quand les "jeunes" ont pour modèles des incultes chantres de la société de consommation comme Kim K ou Nabilla)? Où on gagne 2000€ en quatre émissions? Où tu changes l'animateur et le plateau mais tu gardes la même musique pourrie et le même concept?

     

     

    A part couler le seul quiz un tant soit peu sérieux et pointu, expliquez moi le projet. Expliquez-moi. En fait non, n'expliquez rien. Rendez-moi Julien Lepers bordel.

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

    Je suis un putain de branleur. J'y peux rien c'est comme ça. Je me fais progressivement une raison. Je sors du taff, je rentre chez moi, je fais la vaisselle, je me mate un anime. Et parfois je mate les Reines du Shopping. Oui oui les Reines du Shopping, le truc avec 5 dindes qui jouent à la plus belle pendant une semaine. Ca aussi j'y peux rien. C'est un petit plaisir coupable. Je n'ai pas souscrit à la folie du Loft et autres conneries de ce genre qui ont suivi genre Secret Story, Les Marseillais etc. mais j'ai maté certains trucs de télé réalité comme Miss Swann tellement c'était choquant (une meuf average au mieux ou ignoble qui se fait retaper intégralement, chirurgie comprise, et finit par ressembler à un cyborg), certains trucs MTV complètement régressifs comme Next (VO uniquement), et également Reines du Shopping.

     

    Miss Swan, un des show les plus barrés et malsains de l'histoire de la télé je pense

     

    Oui je sais c'est un programme de meuf mais j'aime bien regarder pour plusieurs raisons. Déjà je peux mater des meufs parfois mignonnes essayer des trucs de temps en temps bien sexy. Bon j'ai plus 16 piges et j'ai une femme donc il m'en faudrait un peu plus pour être en sang mais ça apaise la rétine. En plus c'est marrant. Entre les commentaires du mec qui fait la voix off, les meufs qui s'habillent comme pas permis, avec une logique qui défie parfois l'entendement, qui s'embrouillent en général... Franchement ça me tue.

    Tiens vendredi dernier encore je suis "tombé" dessus, je vois une meuf, pas moche au demeurant, sapée avec une robe toute courte qui défile en tapant des poses de pétasse comme une gamine de 14ans devant la glace de sa chambre. Je me disais :"sérieux mais t'as quel âge?" Est-ce qu'elle se rend compte qu'elle passe à la télé et qu'elle est vue par un million de personnes?

    Ce qui me tue aussi c'est de voir cinq dindes qui sont les meilleures amies au départ et font les salopes 10mn après, à base de coups de pute bien vicelard (une meuf s'est même retrouvée avec un 0 généralisé tellement elle était détestable). Ca me rappelle quand je bossais dans un bureau avec 5 meufs, c'était pareil sauf qu'à l'époque ça me faisait pas rire en fait.

     

    Leslie, pratiquement la pire candidate de l'histoire de l'émission

     

    Mais franchement le top c'est quand les meufs voient Christina apparaître. Putain on dirait un gourou la meuf. Tu vois les concurrentes, on dirait des enfants qui voient le père noël, du style "j'ai été sage toute l'année Papa Noël". Quand Christina arrive leurs yeux brillent comme ceux des gosses à leur anniv'. Je trouve ça ouf. Vendredi les meufs elles pleuraient carrément. N'importe quoi...

     

     

    La gueule des meufs quand elles voient Cristina "Rael" Cordula

     

     

     Tiens pour dire à quel point les meufs sont matricées, une fois j'ai été dans un magasin avec ma femme pour une robe. Ma femme dit à la vendeuse qu'une robe est simple et celle-ci lui répond :"oui c'est vrai faut l'accessoiriser". Bien sûr tout en faisant comme si c'était un terme technique alors qu'elle a découvert ce mot à la télé en même temps que moi ça se trouve. Elle y croyait vraiment la meuf.

     

    Quelque part ils sont forts les producteurs, parce qu'au fond, je fais exactement comme tous les gens qui matent des trucs de téléréalité: je mate pour me moquer, mais au final je mate quand même. Ils ont donc réussi leur coup.

    Et pendant que je perd mon temps à mater cette connerie (et à en parler), je n'écris pas, je ne lis pas, bref je n'avance pas. Je suis vraiment un putain de branleur...

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique